healtheworldtravel.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

La Région de Salamanque – CASTILLE & LEON – ESPAGNE

4

La Castille & Léon est l’une des destinations d’Europe les plus riches en diversité naturelle, des monuments spectaculaires, une gastronomie exemplaire… tels sont les principaux atouts de cette région intérieure de l’Espagne. Et parmi les nombreuses visites à ne surtout pas manquer, mentionnons Ávila, Salamanque et Ségovie (trois villes du patrimoine mondial), mais aussi Burgos et sa cathédrale, ou encore le site d’Atapuerca, où l’on peut contempler les témoignages des premiers habitants d’Europe. La région de Castille-León est également traversée par l’une des plus grandes routes de pèlerinage au monde : le chemin de Saint-Jacques.

A la recherche de vues impressionnantes, nous explorerons 40 espaces naturels protégés comme par exemple le parc national des Pics d’Europe, où se trouvent certaines des plus belles forêts atlantiques d’Espagne. Des endroits parfaits pour faire de l’escalade, du cyclotourisme, du canoë-kayak… ou des promenades tranquilles, par exemple sur le site de Las Médulas, la plus grande mine d’or à ciel ouvert datant de l’époque romaine. En bas de page, vous trouverez tous les liens vous permettant d’explorer ces régions

Au moment de se mettre à table, la gastronomie traditionnelle nous proposera des spécialités comme l’agneau de lait rôti, le boudin, le « botillo », le cochon de lait rôti… le tout accompagné des délicieux vins Ribera de Duero, entre autres. Vous trouverez toutes les infos sur notre article concerné à la cuisine espagnole

Mais commençons par la visite de la Région de Salamanque, objet de cet article

LIENS VERS TOUTES LES PHOTOS ET PODCASTS SUR La région de Salamanque

J 337 PODCAST CIUDAD RODRIGO CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 337 CIUDAD RODRIGO CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 338 PODCAST SALAMANQUE CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 338 SALAMANQUE partie 1 CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 338 SALAMANQUE partie 2 La ville aux 2 cathédrales CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 338 SALAMANQUE partie 3 CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 339 PODCAST LA SIERRA DE FRANCIA

J 339 MIRANDA DEL CASTANAR LA SIERRA DE FRANCIA CASTILLE & LEON ESPAGNE

J 339 LA ALBERCA LA SIERRA DE FRANCIA CASTILLE & LEON ESPAGNE

PODCAST PROCESSION DE LA FETE DIEU A LA ALBERCA

CIUDAD RODRIGO

Perché sur sa colline et cerclé de murailles, le vieux bourg de plus de 12 600 habitants a conservé intact son charme médiéval, malgré les nombreux affrontements auxquels il était confronté au début du XIXe siècle.

Dans cette ville historique et majestueuse, où la beauté et l’art sont palpables en se promenant dans ses rues et ses places, le visiteur pourra sentir qu’il s’agissait d’un bon terreau pour de multiples manifestations artistiques et intellectuelles.

La noblesse et le clergé ont agi en tant que diffuseurs et mainteneurs des facettes culturelles et artistiques. La cathédrale de Civitatense, avec ses multiples églises et couvents, ainsi que le séminaire du conseil de San Cayetano, créé en 1769, ont été les protagonistes de l’enseignement et de la recréation de la sagesse et des arts.

Ciudad Rodrigo se distingue comme l’un des principaux complexes historiques et artistiques de l’ouest castillan.

À l’extérieur de la ville, s’étendait le faubourg connu sous le nom de Villa, entouré d’une clôture de mortier et de galets, haute de quatre murs, dont au début du s. XVII seulement quelques vestiges sont restés.

En 1641 , pendant la guerre avec le Portugal qui durera vingt-huit ans, la nécessité de protéger la Villa fut exposée, en raison du danger qu’elle fuyait des Portugais.

Une fois reconstruit, il enjambait la clôture de la cathédrale jusqu’au-delà de la Puerta del Sol, atteignant jusqu’au couvent de Santa Clara. Cette clôture a disparu définitivement dans les travaux de fortification au début du s. XVIII.

Jusque-là, les murs de la ville étaient restés avec leur disposition d’origine, ne subissant que les réparations et les renforcements effectués pour atténuer les dommages causés par les guerres ou le passage du temps.

Pour accéder à la ville, plusieurs portes s’ouvraient dans la clôture primitive, sans que l’on sache exactement leur nombre d’origine, puisqu’entre celles-ci et les volets il y en avait neuf, dont il n’en reste aujourd’hui que six. Leurs tailles et leurs fonctions ont changé selon les besoins et les situation de chaque époque, même parfois leurs noms sous lesquels elles étaient connues variaient. Dispersées le long du mur, trois faisaient face à l’ouest et deux à chacun des autres points cardinaux.

La ville conserve d’innombrables et remarquables bâtiments déclarés BIC (Bien d’Intérêt Culturel), des meubles de grande valeur et une saveur des temps passés qui étaient enfermés dans les murs de ses murs. En plus du patrimoine que la ville d’Águeda abrite, il faut ajouter les trésors que cache sa région.

Parmi tous, il convient de noter de manière particulière, en raison de son importance, la cathédrale Santa Maria et les murs. La première, parce qu’elle recèle une part importante du patrimoine mobilier de la ville dans son musée cathédrale, en plus d’être à elle seule l’un des édifices incontournables lors de la visite de la ville.

LA CATHEDRALE SANTA MARIA

Dédiée à Nuestra Señora Santa María et déclarée Monument National en 1889, la construction de ce temple, orienté vers l’est, a commencé dans les dernières années du règne de Fernando II de León (1157-1188).

Commencée à la suite d’un projet roman tardif , qui conserve encore largement son périmètre extérieur, malgré les modifications ultérieures —anté-sacristie, chapelle principale, chapelle Pilar et sacristie—, elle dessine un plan en croix latine avec un chevet triapside en gradins, un transept bien développé et trois nefs structurées en quatre sections qui reçoivent directement la lumière grâce à son élévation ad triangle et s’étendent à l’ouest avec le Pórtico del Perdón ou de la Gloria, qui est flanqué au nord par la chapelle d’El Sagrario et au sud par celle de Los Dolorès.

Ce type d’installation relie le siège de Mirobrigense à d’autres situés à proximité dans le bassin du Duero : l’ancienne cathédrale de Salamanque, celle de Zamora et la collégiale de Toro, bien qu’à Ciudad Rodrigo le transept soit plus grand mais sans dôme.

Trois portails , un à l’ouest et deux sur les pignons du transept, donnent accès à l’intérieur du temple, qui se complète au nord par le cloître, qui occupe les quatre travées correspondant à la nef latérale et dont l’angle nord-ouest a été enterré dans le mur.

A l’extérieur, à côté de la porte nord , s’élève le mur de l’actuelle antichambre, qui se prolonge par ceux de la sacristie, qui cachent l’abside romane tardive côté évangile et une grande partie du chœur monumental .

A côté se trouve l’abside retouchée sur le côté de l’épître, qui présente une paire de contreforts, l’un d’eux animé de la figure d’un gallinacé, puis la soi-disant Puerta de las Cadenas .

Vers le pied du temple, se détache la chapelle du Pilar , brisant le périmètre originel de l’édifice , et sur le mur de la nef sud, comme au nord, se détachent les magnifiques fenêtres

La façade ouest, qui montre le travail original de la frise de sept arcs trilobés aveugles qui ornent l’extérieur de la chapelle du Sagrario, apparaît dominée par le portail ouest et la grande masse de la tour, qui s’élève au-dessus du Pórtico del Perdón ou Glory , qui protège également.

À l’intérieur , peu  de modifications nous sont parvenues de la tête d’origine . dans les parties centrales de la nef principale, le choeur de la cathédrale .  est merveilleusement signifié , fermant le plan de la cathédrale avec deux chapelles dans la partie inférieure flanquant le portail ouest.

Dans la nef de l’évangile, se détache le spectaculaire autel en albâtre , suivi de la porte d’accès au cloitre .

Le portail nord, d’Enlosado ou Amayuelas , dont les deux tiers inférieurs sont le résultat de la première campagne de travaux, qui a vraisemblablement duré pendant les trois premières décennies du XXe siècle. XIII, arc à cinq lobes renversés et trois archivoltes , les intérieures (reposant sur quatre colonnes à chapiteaux à oiseaux) lisses et les extérieures animées de fleurs sculptées très plates.

Cette porte, qui a été reliée à la cathédrale de Bourges et à l’église Zamora de La Magdalena, est abritée par un arc en ogive avec des motifs en losange ou en double losange sur le fil.

Ce pignon, dont l’atrium a été configuré dans sa disposition actuelle à la fin du s. XVIII, est complété vers la tête d’un arc aveugle orné dans ses voussoirs de onze têtes humaines.

Le manque de symétrie de cette couverture est frappant, accentué par l’ouverture en haut, dans le s. XIV, avec une grande rosace sous un arc en accolade.

Perpendiculaire à ce portail se trouve le mur de clôture de la travée est du cloître, qui se termine par une balustrade avec des éléments décoratifs du gothique tardif et du début de la Renaissance, comme c’est le cas dans la niche vénérée qui abrite une image de la Vierge, et dans l’unique qui se distingue est la soi-disant Puerta del Esviaje , ouverte en 1540 et dans laquelle son auteur, García de la Puente, a montré sa grande maîtrise dans la taille de la pierre.

Cruellement maltraité pendant la Guerre d’Indépendance, comme en témoignent les traces des bombes, la récente restauration du clocher (image de gauche) s’est achevée en mars 2001.

Construit entre 1764 et 1772, il a été conçu par Juan de Sagarbinaga .

Le corps inférieur de la tour, la porte d’accès, présente un arc en plein cintre flanqué de quatre colonnes d’ordre composites qui supportent un fronton triangulaire.

Inspiré d’une gravure de Serlio ou peut-être de la façade nord de la cathédrale de Zamora, une œuvre de la fin du s. XVI tracé par Juan de Ribero Rada, à l’aplomb du sommet supérieur du fronton se trouve un écu aux armoiries de la cathédrale.

Le second corps, excessivement solide, déchire, sur toutes ses faces, un simple balcon et deux petites fenêtres.

Le corps de cloches , qui se résout au moyen de deux ouvertures semi-circulaires séparées et flanquées de pilastres jumelés et se termine par une balustrade, se termine par un dôme annelé qui laisse place à une lanterne ajourée sur laquelle repose un dôme également à cantonnement annulaire.

Le portail sud ou des Chaînes, ici à gauche , dans sa moitié inférieure est le fruit de la première campagne de travaux.

Comme le portail nord, se dénote une nette dissymétrie par rapport au pignon (renforcée par la grande rosace ouverte en haut sous un arc en accolade), il est précédé d’un atrium configuré dans son aspect actuel en 1783.

La porte a un arc en plein cintre et trois archivoltes qui reposent sur des colonnes à chapiteaux animés avec des motifs végétaux aux extrémités et des harpies aux centrales.

Au-dessus, et sous l’arc qui abrite l’entrée, brillent cinq magnifiques sculptures du premier tiers du s. XIII, représentant El Salvador, en fait une maiestas domini, flanquée de San Juan, San Pedro, San Pablo et Santiago.

Au-dessus de l’arc, on trouve une galerie de douze arcs brisés, aveugles et abondamment décorés, qui sont soutenus par des colonnes à chapiteaux décorés de motifs végétaux, d’oiseaux et de têtes, et qui abritent de nombreuses autres sculptures gothiques , sculptées vers 1230, qui ont déjà été identifiées. avec des personnages de l’Ancien Testament.

De gauche à droite, ils sont : Abraham, Isaïe, la reine de Saba, Salomon, Ézéchiel, Moïse, Melchisédek, Balaam, David, Élie, Jean-Baptiste et Jérémie.

Vers la tête se trouvent deux arcs aveugles superposés, le supérieur abritant la sculpture d’une Vierge assise tenant l’Enfant Jésus sur ses genoux en guise de trône, de sedes sapientiae.

Les fenêtres des nefs, à droite : bien qu’à l’extérieur un seul trou par section soit visible, à l’intérieur ils forment des groupes de trois, les côtés étant plus petits et aveugles.

À l’extérieur comme à l’intérieur, les fenêtres des nefs sont constituées d’arcs brisés abrités par un arc polylobé soutenu par des colonnes lisses aux chapiteaux floraux, leurs filets montrant une décoration géométrique et végétale soignée.

De plus, en février 2006, il a été possible de récupérer le soi-disant Postigo del Alba . Situé dans la troisième section de la nef sud, à partir du chevet, cet accès fait partie de la première campagne de construction.

Pour sa part, la nef centrale est éclairée par de grandes fenêtres à entrelacs gothiques, déjà réalisées au s. XIV.

D’un point de vue structurel, le Pórtico del Perdón ou de la Gloria à gauche s’organise autour d’un double accès qui, divisé par une colonne élancée surmontée d’une Vierge à l’Enfant de pierre , est flanqué de chaque côté de six colonnes, certaines à chapiteaux. et d’autres histoires (parmi lesquelles se détachent deux dédiées à San Francisco, l’une prêchant aux oiseaux et l’autre avec la vision des stigmates), couronnées par des auvents qui imitent la Torre del Gallo de l’ancienne cathédrale de Salamanque et au-dessus de eux quelques grandes sculptures des apôtres.

De là, six archivoltes pointues ornées de personnages placés suivant le fil de l’arc (l’intérieur à motifs floraux et les suivants à bienheureux, dont deux, anges, évêques, séraphins et ressuscités) abritent un tympan organisé en trois registres .

Celle du bas représente l’ entrée triomphale du Christ à Jérusalem, les Juifs arrachant des branches aux arbres, la Cène , le Christ au Prétoire et le Calvaire.

Dans l’entracte, le passage central se détache avec la scène de la Dormition et l’ascension de la Vierge au ciel.

Et dans la partie supérieure la Vierge est couronnée par son fils. La réalisation de cette œuvre sculpturale devrait être datée de la seconde moitié du s. XIII.

Fruit de la première campagne de construction, les trois nefs se différencient par des piliers à demi-colonnes sur les façades et colonnettes sur les charnons aux chapiteaux historiés et végétaux.

Les voûtes des nefs latérales, réalisées déjà bien avancées au s. XIII, sont cupuliformes à découpage annulaire de type angevin et se divisent, à partir de leurs nervures, en huit éléments ; identiques à ceux qui déjà dans le s. XIV ont été utilisés pour fermer le transept et la nef latérale, bien que ceux-ci apparaissent animés de salmers sculpturaux et de figures monumentales, parmi lesquelles celles situées dans la première section de la nef, à partir de la tête, qui représentent un roi, une reine, se distinguent . , un évêque et un mendiant, que l’historiographie locale identifie avec Fernando II, Doña Urraca, le premier évêque civitatense et San Francisco de Asís.

Les belles arcades aveugles , avec des arcs brisés abrités par d’autres polylobées qui reposent sur des colonnes à chapiteaux fleuris, ne passent pas inaperçues. Elles brillent sur le pignon ouest et sur des parties des bras du transept, où quelques plates-formes sur de grands porte-à-faux onduleux se démarquent

La chapelle principale primitive, qui menaçait de ruine, a été remplacée au s. XVI par l’actuel, pour lequel Rodrigo Gil de Hontañón a donné un nouveau plan en 1540 .

Les travaux de maçonnerie ont été achevés neuf ans plus tard, Pedro de la Puente ayant fait office de gréeur.

 

La chapelle, qui a été conçue avec son déambulatoire correspondant , présente un presbytère de plan carré et une abside semi-circulaire, couverte de voûtes d’ogives qui s’appuient sur des demi-colonnes monumentales.

À l’extérieur, se détachent ses contreforts, l’écu du cardinal Tavera (l’un de ses principaux mécènes) dans la partie supérieure de la partie centrale et la crête Renaissance, restaurée en 2002 selon le plan directeur de la cathédrale.

Cette chapelle était présidée par le remarquable retable peint entre 1480 et 1488 par Fernando Gallego et quelques-uns de ses collaborateurs, et qui aujourd’hui, après un voyage hasardeux, honore le Musée de la North American University of Arizona, à Tucson.

Aujourd’hui, il y a une image de La Asunción, une œuvre probable de Juan Pascual de Mena, sculptée vers 1781 pour le retable principal de l’église du monastère de La Caridad ; les sculptures de saint Pierre et saint Paul, peut-être du même auteur, et plusieurs peintures baroques anonymes.

 

 

Dans la première section de la nef de l’épître du chef se dresse la chapelle du Pilar, ici à droite.

 

Construite entre 1748 et 1753 sur ordre de l’évêque Clemente Comenge, sur un projet de Fray Antonio de San José Pontones, elle présente une fenêtre dans sa partie inférieure, en harmonie avec la niche centrale du retable intérieur, flanquée de quatre colonnes corinthiennes, aux fûts cannelés copieusement décorés de ficelles végétales.

En 1753, le retable principal baroque et opulent qui orne l’intérieur de la chapelle, entièrement en bois doré et œuvre de l’actif Miguel Martínez, est également achevé.

Les sculptures de San Pedro de Arbués, San Juan Nepomuceno et San Clemente sont dues à Francisco Gutiérrez, disciple de Luis Salvador Carmona.

Les chapelles latérales, auxquelles on accède par des arcs en ogive et qui sont aujourd’hui protégées par des barres identiques du milieu du s. XVIII, montrant comme seule différence les boucliers de la vente aux enchères.

La chapelle de l’évangile, qui fut le lieu de sépulture de la famille Herrera, arbore un retable baroque en bois doré dans lequel se détache une peinture de la Virgen de la Faja ou Belén, une œuvre réalisée en 1764 à Rome par Francisco Javier Ramos à la commission du séminaire.

La chapelle de l’épître , qui était le panthéon Pacheco, est présidée par un retable en bois marbré de la seconde moitié du s. XVIII dans lequel se détache, dans une niche trilobée, l’image du Christ d’Orient, sculptée de la fin du s. XVI.

Dans le bras nord du transept, où se trouve le chœur des anciens ou des veuves (œuvre d’environ 1500), logé dans des cadres de retables baroques, se détache le Christ de Juan de Remesal , une sculpture de la fin du s. XVI, et le sépulcre de Pedro Díaz, l’évêque ressuscité, comme en témoigne la médiocre peinture baroque qui l’anime.

Enfin, la seule tombe médiévale conservée se distingue, plus précisément celle d’un prélat, vraisemblablement de Mirobrigos, mais dont l’identification nous est encore inconnue.

Dans le bras sud du transept se dresse le tombeau Renaissance de Pedro Fernández de Gata , époux d’Aldonza de Caraveo, commandé par son fils, le chanoine Miguel Fernández de Caraveo, vers 1568, peut-être par Lucas Mitata. Le gisant du chevalier, le relief avec la ville de Jérusalem en arrière-plan dominée par un Crucifié, flanqué à l’origine de la Vierge et de Saint Jean, se détachent.

A côté se trouve le retable, avec un cadre baroque de San Miguel, dominé par une grande toile de l’archange, qui a été restauré au début de 2005.

Les murs d’enceinte du chœur de la cathédrale , dans lesquels deux petites mais belles portes de l’époque de sa construction sont encore conservées, sont terminés par une crête gothique ornée et ajourée.

L’accès est fermé par une porte monumentale forgée en 1699 par Gregorio Rodríguez et Francisco de Gamboa.

 

Les stalles du chœur, restaurées au début de 2006, ont été commandées en 1498 par Rodrigo Alemán et achevées sous l’évêché de Valeriano Ordóñez de Villaquirán (1502-1507), dont le blason apparaît, avec celui des Rois Catholiques, sur l’escalier du le côté de l’épître.

Rodrigo Alemán et ses collaborateurs ont sculpté 72 chaises placées en deux commandes ; seulement ayant une figure monumentale de Saint Pierre sur le dos de l’épiscopal et dans sa miséricorde le combat entre Samson et le lion.

Les chaises hautes , qui sont couvertes de voûtes en étoile, de pinacles et de crêtes ajourées, présentent sur leur dos une abondante décoration à base d’arcatures, de motifs végétaux et zoomorphes et d’animaux fantastiques et mythologiques d’une grande importance iconographique.

Dans les chaises basses, la décoration est réduite à quelques arcs simples dans la partie supérieure du dossier. Et ce sera dans la miséricorde où l’imagination de Rodrigo Alemán atteindra des sommets difficiles à dépasser, révélant sa connaissance approfondie des sources religieuses et profanes.

Le petit orgue ou realejo , disposé du côté de l’évangile, a été fabriqué en 1727 par Pedro Liborno Echevarría.

Le grand meuble , situé du côté opposé depuis la fin du s. XVIII, est due à Manuel de Larra Churriguera, qui l’a conçu vers 1730. Tous deux ont été restaurés il y a quelques années.

Sur les promenades des murs d’enceinte du chœur ont été déchirés, au milieu de la s. XVIII, deux petites chapelles qui abritent deux retables en bois doré, peut-être de Miguel Martínez.

Pour sa part, le rétrochoeur est l’œuvre de Ramón Pasqual Díez, qui l’a réalisé en stuc imitant le marbre en 1787.

Un an plus tard, Alfonso Giraldo Bergaz sculpte l’ Immaculée Conception qui préside la niche centrale.

La chapelle de Los Dolores , l’ancienne tour de forteresse de la cathédrale Rodericense depuis sa fondation, découle de l’intervention qui, parrainée par l’évêque Fray Gregorio Téllez, a été dirigée par Manuel de Larra Churriguera entre 1728 et 1730.

Alors s’ouvrirait le grand arc d’accès, dans la clé duquel brille le bouclier épiscopal du promoteur; la voûte en étoile serait retournée -faite à l’imitation de celle existante dans la chapelle du Santísimo, comme c’est le cas avec la grille qui la ferme- et le retable baroque serait assemblé, qui a été achevé en 1731 et abrite de bonnes sculptures de Santo Domingo de Guzmán, San Francisco de Asís et San Diego de Alcalá. La niche centrale abrite une Dolorosa couchée de l’ancien couvent de San Agustín.

La chapelle du Santísimo , anciennement appelée San Blas, dont le périmètre et la fenêtre nord romane dérivent du moment fondateur du temple, est fermée par une voûte à huit panneaux composée de croix nervurées et de coffrages et de détails annelés.

Le retable baroque se distingue, qui, assemblé par un artiste de Placenta, abrite les sculptures baroques de San Pedro, San Pablo et San Blas et dans la niche centrale l’exceptionnelle Vierge à l’Enfant en albâtre polychrome – sculptée dans la dernière décennie du s . XV – qui présidait à l’origine au retable principal de la cathédrale, aujourd’hui en grande partie, comme nous l’avons déjà indiqué, au musée de Tucson.

L’autel en albâtre, ci à gauche est un sépulcre a été doté par Fernando de Robles et María Pérez Piñero en 1559, comme l’indique la vaste inscription qui apparaît sous les deux anges locataires qui portent le bouclier du défunt.

Connu sous le nom d’ autel d’albâtre ou la Cinquième Angoisse , en allusion au matériau et à l’excellente scène qui se trouvait dans l’arc inférieur, sculptée par Lucas Mitata, l’organisation architecturale est due à Pedro de Ibarra et la décoration picturale à Juan de Borgoña le Jeune.

Lucas Mitata est un sculpteur du s. XVI qui reste dans l’ombre des grandes figures de la sculpture castillane de la Renaissance (Alonso Berruguete et Juan de Juni).

Elle a développé son activité dans la région de Ciudad Rodrigo et plus tard dans le nord de l’Estrémadure. Dans la ville d’Águeda et sa région, il a laissé des œuvres d’une grande valeur artistique comme cet autel en albâtre, divers Christs crucifiés comme ceux d’El Bodón ou de Monsagro, et, surtout, le retable de l’église de San Juan Bautista de Fuenteguinaldo.

On accède au cloître par une simple porte, ouverte dans la première phase de construction du temple, dont le plus grand intérêt est caché du côté du cloître où tournent des archivoltes aniconiques qui reposent sur des colonnes à chapiteaux fleuris, celles de droite restaurées.

En plan, il dessine un carré presque parfait , divisant chaque côté en cinq sections rectangulaires, dont les arcs perpiens sont contrebalancés dans le patio par des contreforts, plus les anguleux, en l’occurrence quadrangulaires.

Élevé les pandas de l’ouest et du sud dans les. XIV , les deux autres datent du deuxième tiers du XVI.

Lesgaleries , à l’imitation de celle de l’ouest, les plus anciennes, sont en arcs brisés divisés par trois ou deux colonnes à chapiteaux végétaux et figuratifs, radicalement intervenues en 1911 par J. Tarabella, qui supportent des arcs trilobés qui supportent des lucarnes à trèfles et quadrilobes .

Dans l’angle sud-ouest, le tailleur de pierre qui dirigeait les travaux des couloirs gothiques a été inhumé dans un sépulcre avec un calvaire sous lequel on peut lire cette inscription : ICI:YAS:BEN: / EITO: SÁNCHEZ:M / AESTRE:QUE:FUE: / DESTA : TRAVAIL : ET DIEU / LO : PARDONNER : AMEN :.

Les deux travées restantes, qui ne se heurtent pas à celles déjà construites, ont été édifiées entre 1526 et 1539 sous la direction du tailleur de pierres Pedro de Güemes, dont le portrait apparaît accompagné d’un compas, symbole de son métier, et de ses armoiries en médaillon. , ainsi qu’à un autre avec celui du rationneur de Villafañe, dans le portail plateresque qui s’ouvre dans la galerie orientale donnant sur le patio.

L’ALCAZAR D’ENRIQUE

Dans la confrontation entre Enrique II et son frère Pedro I, Ciudad Rodrigo s’est rangé du côté de ce dernier. Elle a subi un grand siège qui a duré plus de deux mois et, bien que les murs aient résisté, les dégâts qu’ils ont subis ont été énormes.

Une fois la place prise, le roi Enrique a restauré la clôture et l’a élevée à douze mètres – une dizaine de mètres -, complétant sa fortification avec la construction de l’Alcázar.

Il a été construit en 1372 par Lope ou Gonzalo Arias, dans la partie la moins accessible de la ville, sur un rocher pointu et une zone escarpée au-dessus de la rivière, totalement inaccessible.

 

Le donjon de l’Hommage à trois étages avec des fenêtres en ogive se distingue, entouré d’un mur avec des tours de défense, qui en 1506 a été construit à ses frais par Antonio del Águila, Alcaide de la forteresse et son lieutenant principal .

Dès lors, et au cours des XVIIe et XVIIIe siècles, des travaux de réparation et de renforcement défensifs sont réalisés.

 

En 1928, il abrita le musée régional et plus tard ce fut un hôtel touristique, tous deux promus par Don Manuel Sánchez Arjona et de Velasco, le Bon Maire.

Depuis 1931, c’est un Parador National de Tourisme et ces dernières années une grande réforme a été réalisée pour son expansion et son amélioration, rouvrant ses portes en 2000.

 

Quant à l’enceinte fortifiée de la ville , il faut noter que l’importance stratégique de la place Ciudad Rodrigo justifie l’existence d’un système défensif aussi soigné. Cette enceinte date de l’époque médiévale , des temps de repeuplement.

Cependant, cette enceinte médiévale primitive a été complétée à l’époque moderne par le système de bastions, ravelins et douves qui donnent à la fortification son profil en étoile.

 

 

Salamanque La ville aux deux cathédrales

Pour découvrir le meilleur du patrimoine architectural de la Castille & Léon, voir d’Espagne, c’est certainement ici à Salamanque qu’il faut venir

Une promenade dans les rues pavées de la vieille ville de Salamanque, caractérisée par la couleur de ses monuments comme l’université ou les deux cathédrales, est une véritable merveille. Sans compter que beaucoup de ses bâtiments abritent une foule de secrets.

La journée peut commencer en flânant dans le centre historique de Salamanque à la découverte des lieux touristiques comme la Plaza Mayor et les deux cathédrales de la ville. et se poursuivre au gré de vos pas. De toute façon, où qu’ils vous mènent, quelque soit l’endroit où vos yeux se posent, vous serez émerveillés par cette richesse architecturale et l’harmonie d’ensemble qu’y s’en dégage
Il y a foule évidemment, mais à l’exception des salles intérieures de restaurant qui sont bruyantes, c’est une promenade paisible qui vous attend…

LA PLAZA MAYOR de Salamanque

C’est une des places les plus belles d’Espagne.

De style baroque elle fut construite selon le plan d’Alberto Churriguera. Au nord de la place, se dresse l’hôtel de ville de Salamanque , également baroque, avec cinq arcs de granit et un campanile flanqué de quatre figures allégoriques. Sur sa façade, nous pourrons admirer, entre autres, les médaillons de Charles I, Alphonse XI, Ferdinand VI, Cervantes ou Sainte Thérèse. Les façades des édifices de la place ont trois étages, avec une arcade en plein cintre au premier étage et une balustrade au dernier. De nos jours, c’est l’un des points les plus animés et les plus fréquentés de Salamanque.

Nous y trouvons un office de tourisme offrant tous les renseignements dont nous avons besoin. Il s’agit de la partie la plus animée de la ville, avec de nombreuses terrasses généralement très fréquentées.

Il vaut la peine de faire le tour de cette place aux 88 arcades, en prenant le temps de contempler les médaillons sculptés qui représentent de célèbres personnages comme Miguel de Cervantès, auteur de « Don Quichotte de la Manche ».

 

Nous poursuivons notre chemin par la place de Monterey et son Palais

PALAIS DE MONTEREY à Salamanque

Le Palais de Monterrey constitue l’un des meilleurs exemples d’architecture civile de la Renaissance espagnole et le modèle le plus représentatif du style plateresque. Il a servi d’exemple pour d’autres styles architecturaux tels que le néo-plateresque ou le « style Monterrey », et d’inspiration pour d’autres bâtiments tels que l’Academia de Caballería de Valladolid (Académie de la Cavalerie), l’actuel Musée archéologique de Séville ou le Palais du Conseil régional de Palencia.

Il a été construit selon la volonté de Don Alonso de Acevedo y Zúñiga (1495-1559), IIIe comte de Monterrey, un noble d’une illustre lignée d’origine galicienne aux ressources importantes, qui était attaché à la ville de Salamanque, où il possédait quelques maisons et des biens immobiliers.

La façade principale a été ornée de beaux créneaux et de cheminées de style français, une décoration qui contraste avec la partie inférieure, au caractère médiéval. Les plus belles parties du bâtiment sont sans doute les tours de défense, les créneaux, ajourés et capricieux, et les cheminées, les premières, d’authentiques filigranes en pierre et les secondes, de style français. Au niveau des angles des corps supérieurs des tours de défense, nous pouvons observer les armoiries du IIIe comte de Monterrey avec les lignées d’Acevedo et de Fonseca.​

Le palais fut incorporé à la Maison d’Albe après le mariage de Catalina de Haro y Guzmán (1672-1733), VIIIe comtesse de Monterrey, VIIIe marquise del Carpio, qui a hérité de tous les titres des lignées Olivares, Carpio et Monterrey, ainsi que de célèbre palais de Salamanque, avec Don Francisco Álvarez de Toledo y Silva (1662-1739), Xe duc d’Albe. Ils n’ont eu qu’une seule fille, Doña María del Pilar Teresa Álvarez de Toledo (1691-1755), XIe duchesse d’Albe.

Il n’existe pratiquement aucune information sur l’intérieur, bien qu’au XIXe siècle, il ait abrité une école publique et qu’il soit actuellement la résidence du duc d’Albe. Il a été déclaré « Monument architectural et artistique » le 6 mai 1929.

​Il a été possible de constater qu’au cours des XIXe et XXe siècles certaines rénovations ont été apportées au bâtiment. Les plus connues sont celles réalisées à l’époque du XVIIe duc Don Jacobo Fitz-James Stuart et de sa fille la XVIIIe duchesse Doña Cayetana et le XVIIIe duc Don Luis. Dans les années 1940, les tours de défense, les toits et la maison ont été rénovés. La maison a été inaugurée de nouveau en 1949. Les travaux de 1952 ont été très intéressants, Manuel Cabanyes ayant préparé un projet et un mémoire pour les travaux de la façade-entrée. Le renfoncement de la porte principale a été éliminé, laissant visibles les ornements et les médaillons du premier et du deuxième étage. Un an plus tard, la grille de la porte principale a été mise en place.

Le Palais de Monterrey est le seul palais de Salamanque qui abrite en son sein une vraie maison, habitée et encore utilisée aujourd’hui.

La visite nous offre la possibilité de pénétrer dans l’environnement le plus intime de la famille, grâce à la visite des pièces d’usage quotidien. En outre, malgré les dimensions modestes du Palais, nous verrons également à l’intérieur une importante collection d’art et de mobilier. Tout cela à travers une expérience unique, une fusion de musique, de voix et d’images. Et pour couronner la visite, une merveilleuse vue panoramique de Salamanque depuis l’une de ses tours de défense, pour admirer les magnifiques cheminées et le créneau qui couronne le bâtiment.

Après la visite des pièces, il est possible d’accéder à la terrasse supérieure de la tour. La vue sur l’Iglesia de la Purisima, les bâtiments de l’Université et au loin la cathédrale justifie à elle seule la visite du Palais

Depuis le Palais nous remontons la Calle Ramon y Cacal qui longe le Parque Canino. nous passons devant l’iglesia de la Purissima où se déroulaient des communions et entrons dans le couvent des Capucins

CHAPELLE SAN FRANCISCO / COUVENT DES CAPUCINS de Salamanque

La chapelle de San Francisco est une église de Salamanque du milieu du XVIIIe siècle de style baroque.

 

Cette église appartenait au couvent de San Francisco el Real, qui n’existe plus en tant que tel.

 

À l’intérieur, avec une seule nef, le retable spectaculaire se détache sur l’autel principal, qui est gardé par six autels latéraux.

 

Actuellement la chapelle appartient au Couvent des Capucins.

A l’angle de la rue, à gauche nous débouchons devant le magnifique collège Fonseca de Salamanque

COLLEGE DE L’ARCHEVEQUE FONSECA de Salamanque

Construit à Salamanque en 1538 par Don Alfonso de Fonseca y Acebedo, archevêque de Saint-Jacques-de-Compostelle et de Tolède. Son architecte fut Diego de Siloé.

L’édifice se distribue autour d’une cour à laquelle on accède par un vestibule recouvert d’une voûte en croisée étoilée.

La cour présente deux étages : celui du bas, avec des arcs semi-circulaires et celui du haut avec des arcs surbaissés, tous deux ornés de médaillons sculptés par Juan de Álava et Pedro de Ibarra, qui représentent une série de « Uomini Famosi ».

La façade principale montre les sculptures de saint Augustin et de saint Ildefonse, ainsi qu’un médaillon représentant saint Jacques à la bataille de Clavijo. La chapelle permet d’admirer un retable composé de peintures et de sculptures d’Alonso Berruguete.

Il s’agit aujourd’hui d’une résidence universitaire.

Si maintenant  vous retournez sur vos pas, vous rejoindrez la jolie place Anaya et ses jardins, l’un des endroits les plus charmants de Salamanque. Asseyons-nous pour contempler la beauté qui nous entoure : devant nous, l’impressionnante nouvelle cathédrale  de la ville, et derrière, le collège de Anaya  L’ambiance de ce quartier rempli de touristes, d’étudiants et de promeneurs est très agréable.

CASA DE LAS CONCHAS de Salamanque

 

La « Casa de las Conchas » est une maison de style gothique située à Salamanque

Sa construction a débuté à la fin du XVe siècle, mais elle présente également certains éléments de la Renaissance et de l’art mudéjar.

Elle appartient à l’art isabélin.

Cet édifice civil est reconnaissable grâce à ses plus de 300 coquillages qui recouvrent ses murs extérieurs. Au cours du XVIIIe siècle, la partie supérieure fut rénovée en raison de ses multiples fissures, la privant des coquillages qui décorent le reste de la façade.

Le bâtiment se distingue notamment par sa porte d’entrée, surmontée d’un blason de style gothique arborant des fleurs de lys. Il accueille aujourd’hui la bibliothèque publique de Salamanque.

 

Vous serez sûrement surpris par l’originalité de ce bâtiment orné de nombreux coquillages ayant servi de confirmation au mariage de deux nobles. La légende raconte que l’un d’eux abrite un trésor : aussi vous faudra-t-il les observer avec attention.

 

Derrière la Casa de las Conchas, dans la rue de la Compañía, nous voyons poindre les tours de l’église de la Clérécla et de l’université pontificale.

EGLISE DE LA CLERECLA à Salamanque

La construction de cet édifice historique commença à Salamanque au début du XVIIe siècle sur ordre de la reine Marguerite d’Autriche, épouse de Philippe III, sous la direction de Juan Gómez de Mora.

 

Ce fut un collège de l’ordre ecclésiastique de la Compagnie de Jésus.

La Clerecía de Salamanque de style baroque, autrefois connue sous le nom de Colegio Real de la Compañía de Jesús, comporte une partie publique, avec l’église et les écoles où les jésuites donnaient des cours, et une partie privée, où vivaient les religieux.

 

L’église possède un immense cloître baroque à trois niveaux. Ce monument est aujourd’hui le siège de l’université pontificale.

Lors de l’exposition Scala Coeli, vous pourrez visiter les tours de la Clerecía et apprécier une vue imprenable sur la ville.

Revenons dans la rue de de la Compañía Il s’agit de l’une des rues les plus spectaculaires de la ville : en la parcourant, nous avons la sensation de revenir plusieurs siècles en arrière, à l’époque de splendeur de ses palais.

Salamanque : LA VILLE AUX DEUX CATHEDRALES

Le moment est venu de se diriger vers la nouvelle cathédrale de Salamanque. Rares sont les villes comme Salamanque qui possèdent deux cathédrales, mais c’est bien le cas de Salamanque.

Les deux édifices font partie d’un même ensemble, l’accès à l’ancienne et au cloître se fait l’intérieur de la nouvelle, grâce à un billet combiné.

Même si la première n’est pas aussi grandiose que la seconde, l’atmosphère médiévale qui émane de son style roman et sa sérénité suffisent à fasciner ses visiteurs. Pas besoin d’une imagination débordante pour comprendre que ses murs ont été les témoins de banquets, d’examens (les étudiants recevaient leurs diplômes dans le cloître de la cathédrale), ou encore de conciles et tribunaux de l’Inquisition…

NOUVELLE CATHEDRALE de Salamanque

La cathédrale de Salamanque est en fait formée de deux édifices assemblés : d’une part, l’ancienne cathédrale qui date du XII-XIIIe siècle, et d’autre part la nouvelle, du XVIe.

A l’extérieur, il convient de noter la façade principale, prodigieusement foisonnante de détails, parmi lesquels se détachent sur les portes les reliefs des scènes de la Naissance et de l’Epiphanie, le tout abrité sous un grand arc en accolade que culmine un superbe calvaire. , flanquée des effigies des saints Pierre et Paul. Sur cette façade, la sculpture de la première moitié du XVIe siècle est complétée par celle de la seconde moitié du XVIIe siècle, constituant un grand programme iconographique au contenu doctrinal complexe.

 

 

 

La Portada de Ramos présente un ensemble iconographique intéressant dans lequel se détachent le groupe sculptural de l’Entrée de Jésus à Jérusalem et les évangélistes marquant la porte.

 

Comme dans la couverture ouest, il combine également la sculpture du XVIe siècle avec celle du XVIIe siècle, cette dernière chronologie à laquelle appartiennent les images mentionnées précédemment.

 

Suivant les critères de mise en évidence du moment historique dans lequel une propriété a été restaurée, une série d’éléments d’identification du temps ont été incorporés dans la zone intervenue en 1993, un groupe auquel appartient l’astronaute déjà célèbre.

 

Les deux façades du transept (nord et sud) développent également des portails monumentaux qui suivent une organisation interne inspirée des modèles gothiques tardifs précités, mais qui ne peut masquer la chronologie avancée dans laquelle ils ont été élevés.

 

Son exécution se situe aux siècles baroques et suit les critères d’unité de style dictés par le concile. Il convient de noter les deux images réalisées par Alejandro Carnicero marquant l’ouverture de l’entrée sud.

LE CHOEUR

La nouvelle cathédrale, dédiée à l’Assomption de la Vierge, suit les postulats du célèbre « plus hispanique » dans sa configuration intérieure.

Ainsi, elle présente au milieu de la nef principale le chœur des chanoines. Il a été construit de 1710 à 1733, selon les plans de Joaquín Benito et Alberto de Churriguera. C’est l’un des grands ensembles baroques espagnols qui brille de sa propre lumière, cachant un programme théologique complexe sous ses stilettos abondants.

Sa structure se compose d’un chœur haut et d’un chœur bas, entre lesquels sont répartis les différentes stalles et sièges. Les dossiers des sièges du haut chœur sont ceux qui développent la plus grande hauteur, représentant en relief les images en pied du Christ Sauveur, du Collège apostolique, des évangélistes, des saints de l’Église locale de Salamanque, des Pères de l’Église,

 

Les bustes de saints et de vierges apparaissent dans le chœur inférieur, sauf dans le groupe lié à la stalle de l’hebdomadario. Ils sont l’œuvre de divers artistes tels que Múgica, Carnicero et d’autres, dirigés en sculpture par José de Larra. Le chœur et la chapelle principale sont fermés par une grille faite par la grille française du duc d’Albe, Duperier.

 

Le rétrochoeur avec une structure de retable à colonnes est décoré de petites sculptures. Dans celui-ci, l’image de Santa María de los Perdones, réalisée au milieu du XVIe siècle, et celles de Santa Ana et San Juan Bautista, œuvres de Juan de Juni, ont été placées sur les côtés.

LA CHAPELLE PRINCIPALE

 

La chapelle principale de plan rectangulaire, construite dans la seconde moitié du XVIIIe siècle après avoir terminé avec le plan original de 1733, est surmontée d’une somptueuse voûte polychrome et or, qui couvrait le magnifique tabernacle réalisé par les Churrigueras comme verrière architecturale .

 

 

Aujourd’hui, présidant l’enceinte, sous une tenture de velours, il conserve une image de l’Assomption réalisée en 1624 par Esteban de Rueda, un tabernacle et un exposant de jaspe et de marbre de Gavilán Tomé, et des urnes en argent avec les restes de San Juan de Sahagún (patron de Salamanque) et Santo Tomás de Villanueva.

 

 

Dix-huit chapelles entourent la nouvelle cathédrale, enrichissant et donnant une plus grande splendeur à l’ensemble de la cathédrale dans les arts les plus divers.

LA CHAPELLE DOREE

Elle a été commandée par l’archidiacre d’Alba Francisco Sánchez de Palenzuela vers 1515.

Elle possède une galerie, un orgue (aujourd’hui dans l’ancienne cathédrale), une chaire et une sacristie dans la crypte.

Il a également des arches qui contiennent de belles tombes. Celui qui ressort le plus est celui du fondateur avec une sculpture du gisant, et en arrière-plan un tableau de la Madonna del Popolo.

La décoration abondante des murs de la chapelle se distingue.

Ils sont occupés par des statues sur étagères et verrières, polychromes et or.

 

Les images d’Adam et Eve sont accompagnées de celles des patriarches, des apôtres, des saints, des sibylles et des prophètes.

La représentation de la mort située dans une ouverture murale attire l’attention par son réalisme féroce. Le calvaire préside le retable sur fond d’un remarquable tableau d’Adiosdado de Olivares.

Comme la précédente, elle présente un socle à carreaux polychromes.

CHAPELLE SAINT JOSEPH & CHAPELLE DE LA VIERGE DES DOULEURS

L’image centrale du saint avec l’Enfant dans ses bras, de la gouge de José de Larra, préside le retable marqué par les toiles de Santa Elena et San Juan.

 

Dans le grenier se trouve un tableau de Santiago Matamoros.

 

Ces derniers temps, les reliques et un portrait du bienheureux Julián Rodríguez Sánchez, martyr de la guerre civile espagnole, y ont été placés.

 

Dans le corps inférieur d’une des tours principales, immédiatement à la chapelle de San José, se trouve la chapelle de Nuestra Señora de los Dolores, couverte d’un dôme néoclassique.

 

Cette dernière a été fondée par le propriétaire de la ration Juan M. García Serrano, qui l’a dotée du retable et de l’image de La Piedad.

 

Cette image, l’une des plus artistiques et dévotionnelles, a été réalisée par Salvador Carmona dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

CHAPELLE DU CHRIST DES BATAILLES

Remarquable sur bien des temples, ce n’est pas en vain qu’il ferme l’axe axial de signification de l’église.

On y trouve le Christ des Batailles, une image portée par l’évêque Jerónimo, le premier pontife de Salamanque de la reconquête lorsqu’il accompagna le Cid dans la récupération de Valence.

 

Le retable qui abrite l’homme crucifié est l’œuvre d’Alberto de Churriguera et a été offert par l’évêque Sancho Granado vers 1734.

Dans cette même chapelle se trouve la dernière tombe dudit prélat.

Par la suite, l’image de la Virgen del Carmen de l’église du couvent de San Andrés, de grande qualité, a été déplacée dans cette chapelle.

CHAPELLE DE SANTIAGO ET SANTA TERESA

Antonio Almansa y Vera la dota de plusieurs messes en 1625. Le retable de ladite chapelle abrite les sculptures des deux saints titulaires, patrons de l’Espagne, dans la rue centrale. C’est aussi l’œuvre de González Ramiro, tandis que les sculptures sont d’Antonio de Paz. Les peintures des rues latérales se trouvent dans les environs de Valentín de Aguilar. Ici reposent les restes de deux prélats importants du XXe siècle, le père Cámara et Francisco Frutos Valiente.

LES SACRISTIES

La construction du complexe de la sacristie a commencé à Salamanque en 1752, peu avant le tremblement de terre de Lisbonne (1755), qui a forcé une action urgente dans d’autres parties de la cathédrale et a contribué à l’abandon de l’achèvement de l’ensemble du projet. Ils sont situés sur le côté sud de la tête. Ils ont été lancés par Manuel de Larra Churriguera, finalement remplacé par Juan de Sagarbinaga, qui a réalisé la majeure partie du plan. Les pièces sont composées de : la Sacristie des Chapelains, la Sacristie des Chanoines, le Trésor, le Reliquaire, la Salle Capitulaire, la maison du sacristain et les entrepôts. Les vestiaires avec tiroirs et miroirs sont situés dans les arcosolios de l’ancien. L’évier monumental réalisé par Gabilán Tomé se dresse dans la sacristie de Capellanes.

Les deux sacristies, comme l’ensemble cathédral, sont marquées par l’unité de style imposée par le Cabildo, mettant en évidence des formes générales du gothique tardif mêlées à des éléments et des façons de faire typiques du moment où les travaux sont réalisés. Un exemple significatif de l’appariement susmentionné se trouve dans la décoration rococo qui peuple les arcosolios ou dans les pièces qui sont incorporées dans les entrées et l’autel du mur avant de la sacristie de Canónigos. A noter également les tiroirs, les extraordinaires miroirs avec perles de rocaille ou la collection de peintures sur cuivre où se reflètent des épisodes de la vie du Christ, héritage des comtes de Crespo Rascón. Le trésor a aussi sa place dans cet espace. De sa richesse nous ne pouvons que souligner brièvement les portées processionnelles,

ANCIENNE CATHEDRALE de Salamanque

Dédiée à Santa María de la Sede, l’ancienne cathédrale de Salamanque a été construite au cours des XIIe et XIIIe siècles. Il se présente comme un temple de plan basilical à trois nefs et un transept développé en plan et en hauteur, formant une croix latine. De style roman dans son intégralité, l’édifice est coiffé de voûtes gothiques transitoires. Parmi les maîtres qui ont dirigé les travaux, les documents conservés dans les archives de la cathédrale mentionnent les suivants : Florín de Pituenga, Casandro Romano, Alvar García, Pedro de la Obra, Juan el Pedrero, Sancho Pedro, Juan Franco ou Petrus Petri.

L’ancienne cathédrale, de style roman, se distingue par la tour du Coq. L’intérieur de l’édifice, dont la construction commença à la fin du XIIe siècle, abrite la chapelle San Martín, surnommée chapelle de l’Huile. Le grand retable, datant du XVe siècle et créé par plusieurs peintres dirigés par Dello Delli, mérite une mention particulière.

La fresque qui recouvre la voûte est signée Nicolás Florentino. Cette grande œuvre picturale représente le Christ au Jugement final. Les superbes tombeaux d’évêques et de personnages nobiliaires constituent l’un des attraits de l’intérieur de l’ancienne cathédrale. La nouvelle cathédrale, dont la construction commença au XVIe et fut achevée au XVIIIe par Churriguera, abrite une image de la Vierge de l’Assomption sculptée en 1626 par Esteban Rueda. Les stalles du chœur de cette cathédrale, qui datent de 1727, sont l’œuvre de Joaquín Churriguera. Le magnifique arrière-chœur baroque montre des images Renaissance telles que la Vierge de Loreto et saint Jean-Baptiste.

Bien qu’il ait perdu une partie de sa valeur artistique d’origine après une importante réforme au XVIIe siècle en raison de ses éléments très détériorés, il conserve à l’intérieur deux statues qui marquent l’accès, représentant la scène de l’Annonciation.

Elle mesure 52 mètres de long, 9,20 m. large et 16,70 m. haut; et les nefs latérales 50 x 5,50 x 11,20 mètres respectivement. A elles correspondent, en proportion logique, les trois absides de la Chapelle Principale et des chapelles latérales.

LA NEF CENTRALE

Elle montre un moment de transition vers le gothique, car il est couvert d’arcs brisés et de voûtes d’ogives, reçus sur des supports préparés pour supporter initialement une voûte en berceau brisé avec des arcs transversaux, ce qui a forcé l’introduction finale d’autres éléments, tels que les corbeaux sur lesquels les nerfs se reposent, pour accueillir adéquatement la nouvelle solution. Les chapiteaux et étagères sont ornés de figures de personnages bibliques, d’animaux, de décors végétaux et de masques. Les statues-nervures situées sur les corbeaux de la voûte sont des exemples uniques qui se distinguent à l’intérieur de l’ancienne église.

LA CHAPELLE PRINCIPALE

Dans la chapelle principale, vous pouvez voir le magnifique retable des frères Delli, dans lequel certains des principaux épisodes de l’histoire du salut sont racontés visuellement, de la naissance de la Vierge à son couronnement, tous couverts par le Jugement dernier. C’est un meuble incomparable dans toute l’Europe pour ses dimensions et sa qualité qui occupe heureusement la même place pour laquelle il a été conçu à l’origine.

Le retable est composé de cinquante-trois tableaux, répartis dans onze rues et cinq corps ou hauteurs, avec un ordre établi de bas en haut et de gauche à droite ; Le Jugement dernier couronne l’ensemble en quart de sphère.

Les auteurs de l’ouvrage étaient les frères Delli -Daniel, Samson et Nicolás- qui ont développé leur travail dans la première moitié du XVe siècle. L’image de la Virgen de la Vega, patronne de Salamanque, préside le retable depuis le milieu du XXe siècle. Dotée d’une âme en bois, elle est recouverte de bronze doré (à l’exception des têtes de la Vierge à l’Enfant qui sont coulées et dont les articulations et les mains sont en épaisse tôle de bronze moulée), et est incrustée d’émail et de pierres précieuses. Il montre une indéniable influence de l’école de Limoges.

Dans cet espace sacré se trouvent des tombes de personnalités illustres, dont certaines en arcosolium. Sur les côtés du retable se trouvent les laudas sépulcrales de l’infante Doña Mafalda, fille du roi Alphonse VIII et celle de Juan Fernández, petit-fils d’Alphonse IX de León. Sur le mur du côté de l’Évangile, il y a deux arcosolios superposés, qui correspondent aux évêques Sancho de Castilla et Gonzalo Vivero, et à l’archidiacre Diego Arias Maldonado et Arias Díez. Sur le mur de l’épître se trouve la tombe de l’archidiacre Fernando Alonso, fils d’Alphonse IX et frère du roi Fernando III, le Saint.

Les tombes restantes, d’une grande monumentalité, correspondent aux XIIIe et XIVe siècles. Ils sont les suivants : Pedro, évêque, dans la chapelle du Très Saint ; et ceux de l’archidiacre de Ledesma Diego García López, d’Elena de Castro, du doyen d’Ávila Alfonso Vidal et du chantre Aparicio Guillén, dans le transept sud.

CHAPELLE SAINT MARTIN

Le temple conserve un formidable ensemble de peintures murales gothiques du premier ordre en Europe.

Dans la chapelle de San Martín, ou de l’huile, où se trouvent plusieurs tombes d’évêques, ne conservant que l’épitaphe du fondateur de la chapelle, l’évêque Pedro Pérez et la magnifique tombe de l’évêque Rodrigo Díaz.

Sur ses murs se trouve un ensemble de scènes peintes directement sur les murs qui composent deux groupes bien différenciés : un faux retable autour d’une image tridimensionnelle de la Vierge Theotokos, datée de 1262, et une tapisserie figurative du milieu du XIVe siècle avec le sujet du Jugement dernier et une série de particularités iconographiques dignes de mention.

 

Peintures murales

À l’extérieur de la chapelle de San Martín se trouvent des peintures de ce saint brisant sa cape avec un pauvre, ainsi que d’autres d’époques ultérieures, complément d’un retable manquant.

Du reste de l’ensemble existant, qui s’étend sûrement sur une grande partie des murs qui sont enduits, ceux qui composent l’ensemble pictural du transept sont visibles, où, individuellement, sans un seul programme iconographique, sous la forme de un effet tapisserie, sont disposés entre les tombes, faisant apparaître diverses représentations telles que le Christ en Majesté, les Tétramorphes, le Jugement Dernier, la Vierge Protectrice, les Epouses Mystiques du Christ, Saint Christophe, etc.

L’ENSEMBLE DES CLOITRES CHAPELLES ET ANCIENNES SALLES CAPITULAIRES

L’ensemble de cloîtres, de chapelles et d’anciennes salles capitulaires a été le théâtre d’événements très marquants. Les premières études y sont nées, germe de ce qui sera plus tard la célèbre université de Salamanque, l’une des premières d’Europe avec Bologne, Paris et Oxford, et doyenne de la Couronne espagnole.

Le cloître a été construit dans le dernier tiers du XIIe siècle, sous le pontificat de l’évêque Vidal. Par la suite, l’évêque Sancho de Castilla a amélioré son architecture avec des toits mudéjars, dont il reste quelques vestiges ligneux. Le tremblement de terre de Lisbonne de 1755 a ruiné une partie importante de son usine et a conduit à sa reconstruction aux mains de Jerónimo García de Quiñones en 1785, qui a agrandi les volumes avec un étage supérieur, en réponse à la demande indiquée par le conseil. A cette hauteur se trouvent les archives, la bibliothèque et le bureau comptable. Le prélat Cámara, déjà au XXe siècle, en tant que grand promoteur des travaux de restauration du complexe de la cathédrale, intervient définitivement ici en finançant la redécouverte des vestiges médiévaux du cloître, entre autres.

À cet endroit se trouve une série de chapelles qui entourent le cloître par les travées est et sud. Celui de San Salvador (également appelé Talavera) est le plus ancien de tout le cloître, ce n’est pas en vain qu’il a été la première salle capitulaire. Couverte d’une coupole octogonale à 16 colonnes sur lesquelles s’abaissent les nervures qui forment un motif en étoile avec leurs croix, de nette influence islamique (XIIIe siècle). La chapelle est présidée par un retable, pièce de grande valeur du XVIe siècle dans laquelle trône une image gothique de la Vierge.

Dans cette enceinte, Rodrigo Arias Maldonado réussit à restaurer la liturgie dans le rite hispano-mozarabe, établissant une chapelle à l’image et à la ressemblance de ce qui fut fait par Cisneros à Tolède. Au centre se trouve la tombe qui contient les restes du fondateur, ainsi que ceux de sa femme et de sa famille. Son petit-fils Francisco Maldonado, membre de la communauté de Castille, repose en ce lieu. La bannière conservée ici appartient à ce dernier.

LA CHAPELLE SAINT BARTHELEMY

La chapelle de San Bartolomé, ou d’Anaya, la dernière de l’ancien cloître, est le lieu de sépulture de l’archevêque Anaya, dont l’inscription sur la grille de sa tombe dit : « Ci-gît… Seigneur Don Diego de Anaya, archevêque de Séville , fondateur du célèbre Colegio de San Bartolomé… ».

 

Il s’agit d’Anaya, un joyau de l’ancienne cathédrale en raison des œuvres qu’elle abrite. Entre autres, les travaux du mausolée du fondateur au centre de la chapelle se distinguent.

 

Il s’agit d’un lit avec un faisceau funéraire tenu par des lions entourés de reliefs –Christ, Marie et apôtres-, sous des arcs ; au-dessus, l’archevêque couché, un calvaire en tête et un blason aux pieds, le tout en albâtre. Il est entouré d’une grille gothique du premier tiers du XVIe siècle, avec certaines touches plateresques, de la plus haute qualité artistique.

 

Sur les murs de la chapelle, il y a d’autres tombes qui ont pris celle de l’archevêque comme référence. Celui trouvé dans un arcosolio des pieds se détache, sous la tribune d’orgue, correspondant aux messieurs Gutierre de Monroy.

 

La majesté de la chapelle est complétée par l’orgue, l’un des plus anciens d’Europe, et le retable.

VILLE UNIVERSITAIRE de Salamanque

Après le repas nous reprenons le chemin de la visite, en passant par la Plaça de Anaya et nous dirigeons vers un autre joyau de la ville, l’Université

L’université de Salamanque, fondée en 1218, jouit aujourd’hui d’un grand prestige dans le monde entier pour la qualité de son enseignement et ses références culturelles.

Le bâtiment, au plan carré, possède une cour centrale entourée de galeries. Son intérêt artistique réside dans sa façade plateresque. Les Écoles mineures qui jouxtent l’université présentent sur leurs façades des références similaires. Sachez en outre que le plafond de l’une de ses salles de classe a été peint par Fernando Gállego.

Il est nécessaire de contourner le bâtiment pour rejoindre son portail plateresque.

Celui-ci cache une autre agréable surprise : d’étonnantes figures sculptées, comme des dauphins ou sa célèbre grenouille. Cette dernière, devenue le symbole de Salamanque, s’accompagne d’une légende : si un étudiant la trouve par lui-même, sans l’aide de personne, il réussira son année universitaire. Si nous ne la voyons pas, nous pouvons toujours demander aux gens qui sont autour de nous.

Un peu plus loin après avoir traversé les jardins de l’Université de Salamanque, un autre jardin attire l’attention,  : le Huerto de Calixto y Melibea, un petit espace de jardin situé sur le mur et d’où vous pouvez voir de belles vues sur les cathédrales et les rives de la rivière Tormes.

Il est situé dans l’espace où l’on pense que Fernando de Rojas a localisé le lieu de rencontre des protagonistes et la scène du dénouement tragique du célèbre roman La Celestina .

A l’entrée du Jardin se trouve une statue représentant la plus célèbre des procuratrices de la littérature espagnole. Dans la partie inférieure de la sculpture on peut lire une inscription qui dit :  » Je suis une vieille femme comme Dieu m’a faite, pas pire que tout. Si je vis bien ou mal, Dieu est le témoin de mon cœur . », paroles prises de la célèbre œuvre littéraire.

COUVENT ET EGLISE SAN ESTEBAN à Salamanque

Ce couvent appartient à l’Ordre des Dominicains. Sa construction date des XVIe et XVIIe siècles. Il est de style gothique, mais sa décoration est plateresque et baroque. L’église est de plan en croix latine, à nef unique. Elle renferme un retable baroque à trois colonnes torsadées de José de Churriguera. Sur le volet central est représentée la scène du martyre de Saint Étienne par Claudio Coello. L’édifice abrite trois cloîtres, dont le plus intéressant est celui des Rois.

Comme il est logique, la prédication est la mission principale des frères de l’Ordre des Prêcheurs, appelés aussi Dominicains. Pour cette raison, ils ont prêché des manières les plus variées depuis leur fondation par saint Dominique de Guzmán au début du XIIIe siècle. Ils le font avant tout par la parole et l’écriture, mais aussi par l’art. Et un bon exemple en est la façade de l’église de San Esteban, qui pendant quatre siècles a magnifiquement annoncé l’Evangile à tous ceux qui le contemplent.

Au centre se détache le martyre de San Esteban , propriétaire de l’église, l’œuvre de Juan Antonio Ceroni, depuis le début du s. XVIIe ; Cette représentation est comme le noyau central autour duquel convergent, servant de cortège triomphal, des statues de saints et de bienheureux, pour la plupart issus de l’Ordre dominicain.

L’ensemble de la façade est une véritable tapisserie Renaissance en pierre et encadrée sous un grand arc de triomphe , dont la voûte en demi-berceau est ornée d’un plafond à caissons à la milanaise.

PALAIS DE LA SALINA à Salamanque

Le palais fut construit par Rodrigo de Messía qui en chargea son architecte Gil de Hontañón. Bien que la plupart des propriétés du couple aient été héritées par le fils aîné, Doña Mayor a voulu léguer ce palais à son deuxième fils, Juan Alonso de Fonseca.

Il a été construit comme un manoir majestueux, même s’il s’agissait également d’un gisement de sel, d’où le nom « Salina ». Aujourd’hui , il abrite le siège du Conseil provincial .

La façade de style plateresque à grandes arcades est ornée de médaillons. Dans le patio, il y a une galerie soutenue par des personnages tourmentés, avec une grande expression et réalisme.

La légende raconte que l’archevêque Alonso de Fonseca, qui était une figure puissante et influente de l’époque, s’est rendu à Salamanque pour un conseil diocésain et a demandé aux familles nobles de la ville de l’accueillir dans leurs maisons. Ils ont refusé car l’Archevêque était accompagné de son amante, Juana Pimentel. Selon l’histoire, Alonso de Fonseca s’est tellement fâché que, pour se venger, il a ordonné la construction du Palais et l’a décoré des figures grotesques qui représentent les nobles qui ne voulaient pas l’héberger.

S’il est vrai que l’archevêque Fonseca avait une amante nommée Juana Pimentel, ce n’est pas lui qui a ordonné la construction du Palacio de la Salina. La légende est peut-être due à la grande similitude des noms entre le véritable propriétaire du palais et le clerc.

LA SIERRA DE FRANCIA – Région de Salamanque

Après la visite de Salamanque, probablement la plus belle ville d’Espagne, en tout cas à la richesse architecturale incomparable, nous partons à la découverte du sud de cette magnifique région verdoyante, dans la Sierra de Francia appelée aussi Parc Naturel de Las Batuecas

C’est ici que nous découvrons très certainement les plus beaux villages médiévaux de la province de Salamanque et de Castille & Léon, villages parmi les plus beaux d’Espagne cela va sans dire !

La valeur de son paysage est exceptionnelle : au contraste entre la surface des plaines et les profonds canyons creusés par les rivières, s’ajoute celui de la végétation qui s’étend des cultures méditerranéennes, peu fréquentes à cette latitude, à d’autres essences à l’influence atlantique comme les formations de chênes tauzins. Pour ce qui est de la faune, le parc abrite plus de 200 espèces de vertébrés.

Les environs sont également caractérisés par leur richesse culturelle et un important patrimoine historique et artistique, avec des peintures rupestres, des vestiges de mines romaines ou encore une foule de chapelles et de monastères jonchant l’ensemble du territoire.

Sur les plus hauts sommets, la végétation dominante est composée de genêts. Plus bas, apparaissent les tauzins ainsi que quelques bouleaux et chênes. Au sud, une végétation beaucoup plus méditerranéenne, largement représentée par le chêne vert et mêlée aux cerisiers, à la vigne et aux châtaigniers, entre autres, reprend possession du paysage au fur et à mesure que l’on abandonne les hauteurs.

Nous commençons notre découverte par le village de Miranda del Castanar

MIRANDA DEL CASTANAR

Voici une petite ville médiévale avec un centre historique fortifié, un château et un quartier juif, déclaré site historique et artistique, ce qui rend sa visite très agréable

Miranda del Castañar est née sous l’Ordre Hospitalier de Jérusalem vers le XIIe siècle, un siècle plus tard, Alfonso de León l’a transformée en ville pour favoriser son repeuplement. Ainsi, elle est devenue la capitale administrative de la Sierra de Francia, avec quatre villes de montagne qui en dépendent.

Le fils d’Alfonso X el Sabio, l’infant Pedro, était seigneur de Miranda del Castañar en 1282, à sa mort son fils Sancho en hérita, et quand il mourut sans descendance, il revint à la couronne.

Déjà en 1457, Miranda fut concédée comme comté à Diego López de Zúñiga, ledit comté passant à la maison d’Alba avec le mariage entre la comtesse de Miranda et le duc d’Alba

Avec la réorganisation du territoire en 1833, Miranda del Castañar est devenue une partie de Salamanque.

Miranda del Castañar est une ville totalement fortifiée avec un château, et son centre-ville avec des rues pavées, contient de beaux exemples d’architecture populaire de montagne, un ermitage, et une église. L’état en général est super et c’est un plaisir d’arpenter ses rues avec tout le calme du monde.

La première chose que nous voyons en arrivant dans son centre historique médiéval est la Plaza los Toros, l’ancienne place de parade du château et qui sert d’arène. Cette place de 39 mètres sur 30, conserve 14 talanqueras en pierre (clôture de défense) avec des arcs en plein cintre. Il se dit  que c’est la plus ancienne arène d’Espagne, puisqu’elle était déjà utilisée à cette fin en l’an 1500.

En face de la place, le château construit sur une autre ancienne forteresse qui abritait l’Ordre des Templiers à des fins hospitalières. Ce château atteint son apogée en 1547 avec Diego de Zuniga. Il a un plan trapézoïdal et dans les coins il y a des tours cylindriques avec des meurtrières et des embrasures. La Torre del homenaje, malgré son apparence austère a été construite comme un palais. de plan carré, elle est surmontée de machicoulis et de corbeaux lobés et se rattache à une enceinte servant d’avant-porte.

Pour accéder à la ville nous entrons par la Pueta de san Ginés, à côté de l’ancienne Alhondiga un véritable lieu où le grain était acheté, vendu et stocké. Le bâtiment abrite aujourd’hui la mairie

L’enceinte fortifiée entoure tout le périmètre de la commune. Elle conserve ses 4 portes d’origine

Nous contemplons au fil des ruelles ombragées les belles constructions de la Calle Derecha, avec de nombreuses maisons aux boucliers nobles, mais aussi des constructions en bois typiques de la Sierra de Francia

 

Nous poursuivons la visite des plus beaux villages d’Espagne, en tout cas de la province de Salamanque par Sequeros, sans manquer de procéder à la cueillette de quelques cerises bien tentantes …

SEQUEROS Sierra da Francia Salamanque

La ville de Sequeros a été déclarée complexe historique et artistique en 2004, située au milieu de la réserve de biosphère Sierra de Francia-Sierra de Béjar , reliant le parc naturel de Las Batuecas au futur parc naturel de Quilamas.

Au coeur de la Sierra de Francia, au pied d’une douce colline connue sous le nom d’El Mariscal à environ 950 m. altitude, se dresse la ville de Sequeros, Sa situation privilégiée lui a valu le nom bien mérité de « Mirador de la Sierra », obtenant de Sequeros certaines des plus belles perspectives de toute la province.

 

Situé à 75 km. de Salamanque, 52 de Ciudad Rodrigo et 50 de Béjar.

 

Nous trouverons le complexe municipal de Sequeros situé dans la frange sud de la province de Salamanque (au sud-ouest de la Communauté autonome de Castille et León), occupant une partie de l’espace géographique dans lequel se trouve la Sierra de Francia. A 75 kilomètres de la capitale charra.

La municipalité de Sequeros s’élève à plus de 930 mètres d’altitude, ce qui a des répercussions sur le climat de la région. Le territoire municipal dépasse 6 kilomètres carrés et environ 230 habitants y résident.

Comme le reste des villes de la région, son plus grand attrait est son magnifique environnement naturel et le beau cadre urbain que ses habitants ont mis un zèle particulier à soigner et à préserver, de sorte qu’une simple promenade dans ses rues, ses places et ses coins produit un impression inoubliable.

Ils attestent de son passé ancien, des vestiges de ce qui aurait pu être un ancien castro, ainsi que quelques vestiges romains et wisigoths. Plus tard, au XIIe siècle, les chroniques l’incluent dans l’évêché de Santiago et plus tard dans le comté de Miranda del Castañar,

Nous recommandons aux voyageurs de laisser leur véhicule avant d’entrer dans la ville, près de la Mairie, à côté de la route qui va vers Béjar. Les rues sont étroites, parfois les constructions forment un tunnel au dessus d’elles et il serait inconfortable de faire demi-tour ou marche-arrière dans ces ruelles étroites et sinueuses…

De là, vous pouvez commencer une promenade détendue dans ses rues, à la recherche de coins, de places, de maisons uniques, de linteaux sculptés,

Entourée de forêts luxuriantes, la ville avait une grande importance régionale au XIXe siècle, comme en témoigne le théâtre Liceo, aujourd’hui appelé théâtre León Felipe en hommage au poète de Zamora qui a vécu ici son enfance.

MOGARRAZ Province de Salamanque Castille & Léon

Poursuivons notre tour de la Sierra de Francia par ce superbe village médiéval Mogarraz

 

Son agriculture en terrasses parfaitement intégrée à la nature se distingue, ce qui attire l’attention du visiteur. MOGARRAZ conserve ses traditions folkloriques, culturelles et religieuses sur les linteaux sculptés de ses portes, son histoire se raconte en épigrammes, sa religion, ses peurs et ses espoirs.

Mogarraz est un site historique et artistique, situé au cœur du parc naturel de Las Batuecas et de la Sierra de Francia ; Réserve de biosphère.

 

Du fait de son isolement naturel, MOGARRAZ a conservé son architecture civile et militaire en parfait état. C’est une cité médiévale construite et repeuplée au XIe siècle par les Français, Gascons et Roussillon, dont les patronymes sont d’origine gauloise.

Son architecture civile de pierre a été parfaitement conservée à ce jour. Son agriculture en terrasses parfaitement intégrée à la nature se distingue, ce qui attire l’attention. Par ailleurs Mogarraz conserve ses traditions folkloriques, culturelles et religieuses sur les linteaux sculptés de ses portes, son histoire se raconte en épigrammes, sa religion, ses peurs et ses espoirs.

La première chose qui nous frappe dans le village, ce sont tous ces visages peints et affichés sur les murs qui vous regardent; c’est l’œuvre d’un artiste de Salamanque en 1967 Florencio Maillo . Il a peint les visages de tout les habitants, c’est à dire 388 portraits et les a affichés devant les maisons; cette touche artistique relève la beauté naturelle du village, la rendant plus personnel et culturel.

LA ALBERCA Province de Salamanque

La Alberca fut le premier village rural d’Espagne à être classé monument historique national. C’est le village montagnard par excellence, dominé par la silhouette de la Peña de Francia (sur laquelle se trouve le sanctuaire de la Vierge noire), et la Sierra de Gata. En venant de Salamanque et ses plaines chaudes cette oasis, placée entre deux ruisseaux attire les foules comme elle a attiré  les grandes civilisations depuis l’époque pré-romaine. Toutes ont laissé leur empreinte, ce qui a donné naissance à un village unique.

Ce charmant village est récompensé comme l’une des plus belles villes d’Espagne.

Un parcours dans son centre historique révèle l’empreinte traditionnelle de ses rues et maisons, construites il y a plusieurs siècles.

 

 

 

La plaza Mayor, de forme carré et entourée d’arcades avec colonnes, demeure le centre de la vie sociale de la localité. L’édifice sacré le plus significatif est l’église paroissiale de la Asunción, construite au XVIIIe siècle, qui renferme une chaire en granit du XVIe siècle et une splendide croix de procession gothique en cuivre doré, ainsi qu’un représentation du Cristo del Sudor attribuée à Juan de Juni.

De sa culture liée à l’élevage, l’agriculture et le textile nous trouvons encore les voix des célèbres usines à tisser d’Alberca.

Il subsiste également la fameuse industrie charcutière plus en rapport dans ce cas-là avec le porc ibérique et toute la variété que cela suppose comme une partie de la gastronomie typique du village.

Un fait amusant concernant l’époque médiévale est que, selon la tradition, les femmes du village ont battu à elles seules une armée portugaise qui a essayé d’attaquer la ville. Elles ont même brandi leur bannière ! Cela a nécessité une célébration, qui se déroule encore aujourd’hui à Pâques. Une autre belle fête est celle de « Lunes de Aguas », comme celle de Salamanque. Pendant des siècles, la maison d’Alba, la famille noble la plus riche d’Espagne, a offert du vin gratuitement aux villageois. Aujourd’hui, c’est la mairie qui paye ; il est servi par ceux qui se sont mariés cette année-là, et selon la tradition – la tradition est très importante ici – le vin est servi dans… des verres en argent et des amphores en cuivre !

Nous avons eu la chance d’arriver en ce jour de la Fête Dieu à l’heure du déjeuner, non seulement pour déguster les grandes spécialités charcutières de la région mais aussi pour assister à la procession assez typique

Aujourd’hui c’est la célébration de la Fête Dieu qui anime les rues du village.  Pendant la procession le prêtre porte l’Eucharistie dans un ostensoir au milieu des rues et des places qui sont très souvent richement pavoisées de draperies et de guirlandes et d’autels personnels, familiaux, devant l’entrée des maisons devant lesquelles passe la procession. Le Saint-Sacrement et l’officiant qui le porte sont abrités sous un dais porté par quatre à huit notables ou clercs. On marche habituellement sur des tapis de pétales de roses parsemant l’itinéraire, aux chants des cantiques et des fanfares.

Peu après la procession, le dais est installé devant l’entrée de l’église et accompagnés d’un joueur de flûte, les habitants approchent du dais pour donner leur offrande dans un ordre déterminé : les futurs mariés, les enfants , et les personnes âgées costumées d’abord puis ensuite le reste de la population

VIDEOS SUR Salamanque et La Castille & Léon

AUTRES ARTICLES SUR L’ESPAGNE A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer en Espagne.
vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS EN ESPAGNE

NOS LOGEMENTS EN SAISON 3 (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DE LA SAISON IV (voyageavecnous.com)

LES LOGEMENTS DELA SAISON V ET VB

LES LOGEMENTS EN SAISON VI

LA GASTRONOMIE

Toutes les informations sur la gastronomie espagnole, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien

LA CUISINE ESPAGNOLE (voyageavecnous.com)

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrement #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible

#castilleetleon #castille #Salamanque #Salamanca #salamanca_photos #salamancaespaña

 

 

4 thoughts on “La Région de Salamanque – CASTILLE & LEON – ESPAGNE

Laisser un commentaire