healtheworldtravel.com

TRAVEL YOURSELF

Suivez-nous partout où nous allons !

autourdumonde2023@gmail.com

Nous quittons l’Espagne et l’Estrémadure pour quelques jours au frais au Portugal dans le Parc Naturel et Massif de la Serra de Estrela. Ici en été comme en hiver, la montagne la plus haute du Portugal continental est le décor idéal pour passer quelques jours décontractés au contact de la nature.

Avec son point culminant situé à Torre, à 1 993 mètres d’altitude, la Serra da Estrela est un massif d’une rare beauté, avec des dénivelés montagneux impressionnants, où nous pourrons vivre intensément le silence des hauteurs.
Mais avant d’atteindre les hauteurs nous faisons une halte dans un village assez atypique et pourtant considéré comme le plus portugais des villages du Portugal. Monsanto, sur les plaines de la Beira, se dresse sur une haute falaise qui domine la vallée, juste surmonté de l’ombre du château

LIENS VERS LES PHOTOS ET PODCAST Sur le Massif de l’Estrela et sa région

PODCAST MONSANTO

J 333 MONSANTO – PORTUGAL

PODCAST ESTRELA

J 334 LE MASSIF DE L’ESTRELA DE VALHEILHAS A LORIGA – CENTRO BEIRA BAIXA PORTUGAL

J 334 LE MASSIF DE L’ESTRELA APRES LORIGA – CENTRO BEIRA BAIXA PORTUGAL

PODCAST ESTRELA OCCIDENTAL

J 336 jour 2 LE MASSIF DE L’ESTRELA – CENTRO BEIRA BAIXA PORTUGAL

MONSANTO

Entre le bas de la Montagne de Gardunha et le fleuve Ponsul, qui forment par leur géographie, leur climat et leur faune la transition entre le Nord et le Sud du Portugal se dresse sur une haute falaise le village historique de Monsanto. Nous l’apercevons de loin depuis la route N 239 et déjà il impressionne.

On raconte que le village aurait résisté depuis ce bastion, durant 7 ans, au siège des romains au IIè siècle avant JC, fait qui est à l’origine de la Fête des Cruzes, que le village commémore tous les ans, le 3 mai. Au XIIè siècle D. Afonso Henriques fit don de la ville prise aux Maures à l’Ordre des Templiers, dont le Maître au Portugal, Gualdim Pais fit reconstruire le château.

L’agglomération se développe sur le versant d’une petite montagne et se sert des blocs de pierre en granit pour les murs de ses habitations et dans certains cas un unique bloc de pierre forme le toit, raison pour laquelle on dit ici que les maisons sont faite  » avec une seule tuile « .

En 1938, Monsanto a été élu « le village le plus portugais du Portugal ». Depuis lors, il est protégé par des règlements de construction qui assurent au village un charme presque surnaturel. Les cottages en granit sont entassés parmi des rochers géants, dont beaucoup font partie des maisons elles-mêmes, sous forme de murs ou de marches, d’une manière pittoresque et pêle-mêle. Les rues minuscules, juste assez larges pour un âne, sont creusées dans la roche et montent quatre cents pieds sur une colline très escarpée. La colline, connue sous le nom de Mons Sanctus , culmine à près de huit cents mètres.

Des preuves d’occupation humaine remontant à l’époque paléolithique ont été trouvées, ainsi que des vestiges d’occupation romaine, wisigothe et arabe. Le Roi Afonso Henriques a pris Monsanto aux Maures en 1165 et l’a accordé aux moines templiers, qui ont construit un château fortifié. Les ruines du château peuvent encore être visitées au sommet de la colline, d’où la vue s’étend jusqu’à la Serra da Estrela et la frontière espagnole. À côté du château se trouvent les ruines d’une chapelle romane, avec cinq tombes en pierre creusées dans la roche.

La difficile montée jusqu’au château est largement récompensée par l’un des plus fascinants miradors de la région. Tout au long du chemin qui y mène, bien balisé par des indications sur poteau en bois, nous découvrons toute la richesse de ce village de la région centrale du Portugal

Ici à gauche, il s’agit d’une fontaine ouverte dans le mur latéral du côté surélevé de la route – appelé ici largo ou carré – qui porte le même nom, entre la Croix de Pierre de Saint-Salvador et l’ancien bureau de poste (Place de la Croix de Pierre, n° 2). 1).

L’accès aux points d’eau s’effectue par un renfoncement dans le mur avec une voûte en berceau sur une base légèrement saillante. Au sommet, une arche pleine semble signaler l’ouverture, aujourd’hui obturée, d’où s’alimentait autrefois la fontaine

De là, un bec émerge et envoie de l’eau dans un bol. Un ancien bassin qui recevait l’excédent d’eau est maintenant situé sous les marches menant au cimetière principal. Bien que de peu d’intérêt historique apparent, il met l’accent sur les phénomènes d’écoulement des eaux souterraines, témoignage du processus d’altération de l’eau sur les roches du massif géologique.

Au n ° 12 de la rue Marquês da Graciosa – photo de droite – , anciennement rue Direita, connue localement sous le nom de maison Chafariz Mono (maison de la fontaine Mono)., c’est un exemple exquis d’un manoir baroque  du milieu du XVIIIe siècle que nous découvrons

Il a un plan trapézoïdal, réparti sur trois étages, et est adapté au terrain accidenté. Bien qu’il s’agisse d’un bâtiment d’angle, seule la façade principale est soigneusement détaillée. Il a une frise et une corniche et est entouré de pierres angulaires sur des pilastres toscans; il a également des ouvertures rectangulaires encadrées. Sa particularité est le magnifique portail principal surmonté des armoiries de la famille.

Une fontaine, placée de manière asymétrique, enrichit la composition de la façade. Un masque qui orne le bec est communément appelé mono (une marionnette laide), ce qui a valu à la fontaine son nom . Sa conception et sa maçonnerie finement exécutée en font une pièce d’exception, symbole de puissance et d’opulence qui contraste avec la méritoire d’une eau publique. Ce bâtiment unique est l’un des meilleurs exemples architecturaux d’une maison seigneuriale dans la région.

Toujours en montée vers le château, nous apercevons  des dames âgées assises à bavarder au seuil de leur porte, et quelques chatons perchés sur les escaliers en pierre

Une grotte attire notre attention.

Cet abri, autrefois une porcherie et aujourd’hui un lieu touristique pittoresque, résulte de l’espace ouvert à la base de divers rochers.

 

Dans l’architecture populaire locale, il est courant d’intégrer ces gros rochers dans des constructions. Ils servent souvent de murs, adaptés ou non modifiés, ou sont partiellement utilisés comme toits.

 

En haut de la rue Castel, par exemple, il y a une maison entièrement recouverte d’un rocher colossal, que les habitants appellent la « maison à une tuile ».

 

L’architecture populaire traditionnelle, spontanée et organique, s’intègre aux irrégularités topographiques et coexiste avec des affleurements rocheux et des blocs de granit, montrant leur identité unique avec des solutions architecturales et des matériaux adaptés au terrain accidenté mais inadaptés au confort moderne.

Nous voici arrivés en vue de l’entrée du château.

Déjà les vues en arrière sur le village sont impressionnantes et d’une beauté inégalée. Les pierres autour de nous semblent taillées pour former ici des animaux, là des figures anthropomorphes

Après la reprise de la ligne du Tage en 1149, la défense du château fut confiée aux Templiers.

La frontière s’est déplacée vers le haut et après avoir atteint ce qui est aujourd’hui la Beira Baixa, s’est courbée vers le nord-est pour suivre la rivière Ponsul, où divers châteaux ont été construits pour former une barrière contre les incursions musulmanes.

Cédée en 1165, Monsanto fut l’une des premières places fortifiées dans le cadre de cette opération (elle remplaça un ancien château musulman), bien qu’elle fut rendue à la Couronne en 1172. Cette phase romane, à peine reconnaissable aujourd’hui dans la citadelle , a été suivie d’une vaste campagne gothique réformiste à la fin du XIIIe et au début du XIVe siècle au cours de laquelle toute la colline a été fortifiée. Il a été préservé pendant la guerre de restauration portugaise, mais reconfiguré plus tard au 19ème siècle. Une rénovation de grande envergure dans les années 40 et 50, parfois discutable, a abouti à la configuration actuelle du château.

Dans l’enceinte du château nous découvrons  un puits à côté d’une falaise populairement connue, et nommée bien qu’à tort, comme une citerne.

Il comporte deux arcs en plein cintre mais il manque une couverture, qui s’est effondrée.

Les véritables citernes sont situées au sommet de la citadelle où l’on peut voir les restes d’une petite citerne, ce qui reste de sa base, et une autre sur le côté opposé au pied de l’enceinte gothique pourtant absente.

À la fin du Moyen Âge, ce puits semble avoir été la principale source d’eau de la fortification, ce qui justifia l’édification d’une couraça – portion de mur en saillie de l’enceinte principale, comprenant une tour dont la fonction était de protéger le point d’eau , il comprenait également une deuxième porte d’entrée dans le château intérieur.

Les quelques marches qui montent à la citadelle permettent de bénéficier ‘un panorama exceptionnel sur la plaine environnante et le village en contrebas

A l’extérieur du château sur la droite, nous nous approchons de ce qui nous apparait comme les restes d’une chapelle, qui se révèlent être les ruines du village de la paroisse de Sao Miguel

Le premier château, construit par les Templiers, a été élevé sur le point culminant de la région.

Les règles de l’ordre imposaient une séparation entre les frères et la population. Ainsi, la première colonie médiévale a été créée dans la zone inférieure et abritée, où se trouve la chapelle Saint-Michel dans l’aile nord-est du château.

Plus tard, d’autres colonies se sont formées, descendant le long du versant nord et s’étendant le long des contreforts. Celles-ci comprenaient la paroisse de São Salvador, connue aujourd’hui simplement sous le nom de Vila, et d’autres zones situées près de la base des montagnes. Au milieu du XVIIIe siècle, c’était encore une paroisse, bien que peu peuplée. Il ne reste rien d’autre de la colonie que ses ruines chargées de mousse et de ronces, qui s’étendent des zones proches de l’entrée du château à l’arrière de la chapelle Saint-Michel

 

 

La chapelle dans l’aile nord-est du château est seule aujourd’hui.  L’édifice est composé d’une seule nef et d’un chœur. Sur la façade, on rencontre un portail avec un arc en plein cintre. Son décor épuré ne s’anime que dans le zoomorphisme de ses impostes et ne se revoit que dans les modillons ; cependant, le reste du mortier peint indique des ornements qui ont été enlevés. Le clocher a été construit au sommet d’un éperon rocheux élevé. Sa construction date de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle. Cependant, des vestiges plus anciens qui ont été trouvés suggèrent que le temple est antérieur à cette époque. Des travaux de restauration au milieu du XXe siècle ont abouti à sa forme actuelle : un bâtiment simple, dépouillé, d’architecture archaïque, justifié par sa situation périphérique et frontalière, qui n’avait pas encore été totalement pacifiée.

 

 

Sur le chemin du retour, notre curiosité nous pousse à emprunter les ruelles perpendiculaires afin d’observer tantôt des panoramas sur la villes tantôt des petits palais blasonnés, des portails manuélins, la maison où le médecin et écrivain Fernando Namora vécut et géra une clinique, lieu dont il s’inspira pour son roman « Retalhos da Vida de um Médico »; tous ces petits endroits qui  ajoutent de l’intérêt à une promenade dans les rues escarpées.

Parmi les maisons se distingue la Tour de Lucano (XIVè siècle) surplombée par un coq en argent, trophée attribué à Monsanto lors d’un concours réalisé en 1938, lorsqu’il fut considéré comme le village le plus portugais du Portugal, en raison de l’authenticité de sa culture.

Cette tour a traditionnellement été identifiée comme une structure militaire réutilisée. Cependant, rien dans son architecture ne le suggère. En fait, il semble s’agir d’un clocher construit de toutes pièces, peut-être au XVIIIe siècle.

A l’intérieur, un escalier à vis permet d’accéder aux étages supérieurs ; à l’extérieur, il est divisé en trois sections par des corniches. La porte voûtée a une inscription avec l’année 1420 et le nom de l’architecte ou du maître d’œuvre-Lucano. Comme cette date ne correspond pas à l’architecture de la tour, l’épigraphe doit provenir d’un autre bâtiment, vraisemblablement le clocher de l’église principale, qui a été démoli et remplacé par celui-ci. Au sommet du toit, avec ses pierres angulaires ponctuées de pinacles, se trouve une girouette, réplique agrandie du trophée Galo de Prata (Coq d’argent) décerné en 1938 par l’Estado Novo au « Village le plus portugais du Portugal »

 

Quelques dizaines de mètres plus loin la Chapelle de la Miséricorde n’a qu’une seule nef avec une sacristie attenante sur le côté droit.

C’était peut-être l’ancien hôpital. La façade principale, orientée à l’est, présente un portail voûté, surmonté d’une corniche à décrochement recréant un portail à colonnes, couronné d’une coquille. Il contient une réplique de l’image de Notre-Dame des Neiges, dont l’original se trouve dans l’église principale ; il est flanqué de deux recoins évasés. Dans l’intérieur presque méconnaissable, on trouve un retable en bois polychrome et une chaire côté épître.

 

SERRA DA ESTRELA – Estrela

Avec son point culminant situé à Torre, à 1 993 mètres d’altitude, la Serra da Estrela est un massif d’une rare beauté, avec des dénivelés montagneux impressionnants.  Profitons du silence des hauteurs pour observer la nature,  la variété de sa végétation, les oiseaux,  les troupeaux de moutons et de vaches guidés par les chiens de la race qui porte le nom de la Serra da Estrela, une race de chiens puissants et résistants aux basses températures.

Étant le point le plus haut du Portugal continental, c’est un des endroits avec les plus fortes précipitations enregistrées  Et c’est justement la pluie et les orages annoncés pour demain qui nous obligent à concentrer le programme de visite sur une journée, au cours de laquelle nous pourrons longer et parfois nous baigner dans les plus grands cours d’eau du Portugal  depuis leurs sources – le Mondego à Mondeguinho, le Zêzere à Covão da Ametade et l’Alva à Vale do Rossim, autant d’endroits plus fabuleux les uns que les autres.

Mais nous grimperons aussi jusqu’aux sommets du massif pour apprécier  les vallées glaciaires de Loriga, Manteigas, ou Covâo do Urso et Covão Grande.

Notre visite sera bien entendu aussi gastronomique et gouterons  le produit le plus célèbre de la région – le fromage au lait de brebis  Queijo da Serra. Avec sa texture crémeuse, il accompagne parfaitement le pain traditionnel. Il est fabriqué de manière artisanale selon les techniques ancestrales qui utilisent la fleur de chardon comme coagulant.  L’aspect extérieur du fromage est mou, à la couleur jaunâtre, il se sert déculotté, frais,  à la cuiller  entre deux tranches de pain régional.

Le paysage diversifié du massif de l’Estrela, que constitue le Géopark d’Estrela a été reconnu par l’UNESCO pour sa richesse géologique. Le « Cristal de neige » est le symbole choisi pour le Parc Naturel, une référence aux caractéristiques climatiques et aussi à l’origine glacière de cette chaîne de montagnes, dont en sont un exemple les vallées du Zêzere et d’Unhais, les covões et les pourtours de 25 lagunes naturelles.
Le paysage marqué par les roches et les rochers, parmi lesquels quelques-uns ont pris des formes qui sont à l’origine de dénominations populaires comme « Cabeça da Velha » (Tête de Vieille) et les « Cântaros » (gros, maigre et ras)

 

Nous débutons notre visite du parc à Valhelhas, très populaire non seulement en raison du potentiel de la rivière Zêzere, mais aussi parce qu’elle dispose d’un camping, d’une aire de pique-nique, d’un parking et d’une bonne plage de sable.

 

Nous  poursuivons par Covilhà, située entre fleuve et montagne, porte d’entrée de la Sierra de Estrela

 COVILHA – Estrela

La ville est réputée pour son musée du lainage : il faut dire que nous sommes ici dans une zone où la laine est la principale activité économique, alimentée par les grands troupeaux de moutons.

Terre de bergers d’origine lusitanienne, elle fut prise aux maures par le roi D. Sancho I qui la protégea avec des murailles et elle devint ainsi un point stratégique au Moyen Âge, surtout avec le roi D. Dinis, quand ce dernier mis en pratique le renfort du territoire.

L’origine de la production de laine à Covilhã a peut-être commencé au sein de la communauté juive, assez nombreuse au Moyen Âge. Covilhã est ainsi devenu un centre de production de laine, grâce aux rivières Carpinteira et Goldra, qui ont fourni de l’eau pour le traitement de la laine, en perpétuant la tradition du pâturage. En 1681, D. Pedro II, comte d’Ericeira, ouvre la Fábrica-Escola sur le ruisseau Carpinteira, l’ancienne Fábrica d’el Rei D. Sebastião, plus tard appelée « Fábrica Velha ».

L’industrie lainière était la principale activité de l’économie locale et le paysage s’est « industrialisé ». Par conséquent, la ville a commencé à se développer tant à l’intérieur qu’à l’extérieur et de nombreuses maisons ont été reconstruites, transformant Covilhã en une ville unique en termes d’évolution urbaine, comme aucune autre ville du Portugal, préservant cette identité jusqu’aux années 70 du XXe siècle.

Cette ville royale, titre accordé par D. Manuel fut également une terre de découvreurs. L’Infant D. Henrique le Navigateur, reçut de son père, le roi D. João I, le titre de Senhor de Covilhã, après avoir conquit Ceuta en 1415.

Ici naquit Pêro da Covilhã, explorateur que le roi D. João II envoya en Orient et dont les informations rendirent plus juste la découverte du chemin maritime vers l’Inde par Vasco da Gama.

Au XXIe siècle, il est nécessaire de porter un nouveau regard sur la ville, à travers la récupération du patrimoine industriel de l’architecture de la ville et la connexion entre les fleuves Goldra et Carpinteira à travers des ponts piétonniers.

Le travail extraordinaire de l’architecte João Luís Carrilho da Graça et des ingénieurs António Adão da Fonseca et Carlos Quinaz – le pont piétonnier sur le ruisseau Carpinteira  est né de cette vision. Cette œuvre a été récompensée à la 7e Biennale ibéro-américaine d’architecture et d’urbanisme comme l’une des meilleures œuvres d’architecture d’Amérique latine, du Portugal et d’Espagne. Il a également été récompensé par les AIT Global Awards (2011) et a été considéré comme l’une des « World’s Coolest Design Destination » par le prestigieux magazine Travel & Leisure. Le pont sur le ruisseau Carpinteira a également été nominé pour les prix Mies van der Rohe.

La première église de la Sagrado Coração de Jesus (Sacré-Cœur de Jésus) a été construite entre 1875 et 1877, sur ordre du père jésuite Nicolau Rodrigues, sur le site de l’ancienne église médiévale de Saint-Tiago. Avec l’instauration de la République, les prêtres jésuites sont contraints d’abandonner l’église, qui sert alors de grange, d’écuries et de magasin municipal, avant d’être transformée en tribunal judiciaire en 1924. Des années plus tard, en 1942, elle est détruite. par un incendie.

Covilhã offre à ses visiteurs de nombreux ascenseurs, afin de permettre la découverte de toute la ville à pied. Ces ascenseurs sont rapidement devenus une attraction architecturale de la ville, offrant un nouveau regard sur le caractère unique de Covilhã et de la fascinante région environnante.

Fini le temps où les murs des vieilles maisons ou des entrepôts vides se couvraient d’un gris mélancolique. Des artistes du Portugal et du reste du monde ont transformé la région en une immense toile, convertissant les influences de la nature et de la vie des communautés locales en chefs-d’œuvre uniques à grande échelle. Un énorme plus non seulement pour les visiteurs, mais aussi pour les amateurs d’art urbain et pour les habitants de ces villes.

L’épicentre de ce mouvement d’art urbain est la ville de Covilhã, située au pied de la Serra da Estrela. Plusieurs motifs d’art urbain ont été inspirés par le passé glorieux de Covilhã, lorsque la ville était le centre de l’industrie de la laine au Portugal : moutons et métiers à tisser, bergers et laine dominent les œuvres artistiques sur d’innombrables façades. WOOL est le nom du 1er festival d’art urbain du centre du Portugal, organisé chaque année depuis 2011 à Covilhã avec le profond engagement d’innombrables bénévoles de la ville. La force motrice du festival est Lara Seixo Rodrigues, née à Covilhã et diplômée en architecture à Lisbonne. Elle s’impose rapidement comme une experte internationalement reconnue de l’art urbain.

Le quartier juif mérite aussi une courte visite au travers de ses ruelles étroites. La communauté juive de la ville de Covilha était à partir du XIIe siècle et à sa dilution, la plus grande et la plus importante de la région de Serra da Estrela et l’une des plus grandes et des plus fortes du Portugal.

Les rues présentent en général les façades avec des caractéristiques architecturales juives, des portes et des volets de différentes dimensions, des volets non carrés, des portes chanfreinées ou ombreiras, des rues étroites et sinueuses qui suivent la pente de la côte, s’adaptant au terrain et assumant le caractère naturel.

 

Les maisons suivent la typologie médiévale, avec 2 à 3 étages, le rez-de-chaussée étant utilisé comme logement et ceux du dessus comme chambre. Deux éléments décoratifs comprennent deux janelas manuélins, un au n° 29 de la Rua das Flores et un autre au n° 39 de la Rua do Ginásio Clube.

A la sortie de la ville nous prenons la direction du glacier, non sans tester la largeur des ruelles !. Nous sortons de la route pour observer le Miradouro do Sanatorio, une piste facilement accessible jusqu’au phare, mais si vous souhaitez faire le tour complet, la piste qui devient fort caillouteuse nécessite un véhicule tout terrain. n’hésitez pas à visionner notre vidéo dont le lien est en bas de page

Néanmoins ce parcours offre des vues spectaculaires sur la vallée et la ville de Covilha (Estrela) mais ne manque pas non plus d’offrir quelques sensations lorsque les virages en pente et à pic nécessitent quelques manœuvres… A cette occasion, nous rencontrons aussi quelques compagnons de route pas forcément amicaux !

Nous retrouvons la chaussée bien sécurisante et prenons rapidement de l’altitude pour rejoindre le Covao d’Ametade

COVAO D’AMETADE Estrela

Covão d’Ametade est une des principales attractions du parc naturel. C’est à cet endroit magique que le fleuve Zêzere prend forme.

La source du fleuve se situe à Torre à 1993 mètres d’altitude, l’eau descend entre les parois abruptes des montagnes qui entourent le  Covão d’Ametade et se promène ensuite pendant 248 km jusqu’à se jeter dans le Tage.

En général, les covões existantes à Estrela correspondent à des bassins glaciaires de surexcavation, ou seja :  des zones déprimées et mal drainées, sur le fond desquelles, après le retrait glaciaire, des sédiments se sont accumulés, ou qui ont permis le développement uniquement de tourbe et de végétation.

Ce pré-remplissage de matériaux nobles est visible à Covão da Ametade, qui est l’une des deux covões les plus impressionnantes du Geopark Estrela. Ensuite, le Covão da Albergaria, a un genre identique au Covão da Ametade, mais avec une plus grande accumulation de locs qui dispersent les pentes.

Dans les zones mal drainées, le développement de la tourbe est fréquent. Ils sont essentiellement constitués. par la matière organique, dont les caractéristiques permettent de préserver les matériaux qui se forment ici par dépôt. Ce fait permet de reconstituer l’occupation/utilisation de ces lieux, par des études polliniques ou d’autres procédés d’analyse.

Ce Covão enregistre une histoire d’occupation humaine intrinsèquement liée au pastoralisme. Le déclin de la pastorisation a transformé, plus tardivement, ce lieu en espace de loisirs.

Nous observons un paysage de parois de granit abruptes, travaillées et érodées par la glace  lors de la dernière période glaciaire. En levant les yeux, nous apercevons deux pics rocheux importants

Les cirques glaciaires – image de gauche – sont des zones où l’érosion glaciaire a été particulièrement intense, du fait de la dynamique de la glace, pendant de longues périodes occupées par les glaciers. En vérité, les cirques sont les zones où se forment d’abord les glaciers, mais aussi celles où la glace demeure le plus longtemps.

Nous observons bien le surcreusement (convexité rocheuse) ce qui rend le glacier mal drainé. Après la fonte glaciaire, elles sont fréquemment occupées par des lacs

Les cirques glaciaires se caractérisent par la présence de surcreuses glaciaires (covbes image centrale) fermées en fond de vallée par des affleurements rocheux (riegel),

Au fil du temps, les sédiments érodés des sources s’accumulent et ne fondent pas (image de droite) . Les lacs finissent par se combler. Beaucoup de ces zones, mal drainées, donnent naissance à des écosystèmes typiques de turfeira et, si la sédimentation minérale est importante, à des prairies d’altitude, le cervunais

Au fil du temps, l’érosion des pentes remplit les prises de sédiments qui peuvent finir par les remplir entièrement. Beaucoup de ces zones mal drainées créent des écosystèmes typiques de tourbièrs et sa sédimentation minérale est importante.

Les cirques glaciaires sont des zones soumises à une érosion glaciaire intense résultant de la dynamique des écoulements glaciaires et des longues périodes pendant lesquelles ils ont été recouverts par les glaces glaciaires Les cirques sont les zones où les glaciers commencent à se former mais c’est aussi là que la glace reste plus longtemps lors de la déglaciation

VALLEE GLACIERE DE ALFORFA – Estrela

Toujours sur la route qui relie Covilhã à Torre (probablement la plus belle du parc), le belvédère do Vale Glaciar nous offre de superbes vues sur la vallée du glacier de Zêzere longue de 13 km, ce qui fait de cette vallée glacière une des plus grandes d’Europe.

Un ancien glacier de vallée exposé au sud

Le glacier d’Alforta a atteint jusqu’à une longueur de 5,8 km, avec une épaisseur de glace de 240 mètres. Comparé aux autres glaciers de l’Estrela, celui-ci était relativement petit et n’avait qu’environ 7% du volume total de la glace de la montagne. Cela était dû à la faible superficie de son bassin glaciaire, mais aussi à l’exposition solaire, qui aurait dû favoriser la fonte pendant la saison chaude.

Le cirque glaciaire de Covão do Fero (GF12)

Avec une forme parfaite en amphithéâtre, une largeur de 1700 m et des parois de tête de 240 m, c’est le plus grand cirque glaciaire d’Estrela. Le surcreusement glaciaire principal et son riegel ont été utilisés pour la construction d’un barrage à vocation hydroélectrique, le barrage Padre Alfredo.

Piste de bloc Alto da Pedrice (PS2)

 L’Alto da Pedrice et son versant ouest présentent une vaste couverture de blocs granitiques brisés par le gel, constituant le meilleur exemple d’une pente de blocs périglaciaire et d’un champ de blocs au Portugal. Il s’agit d’un vaste champ de blocs décimétriques à métriques anguleux à subangulaires, principalement plats et composés de granite à grains fins à deux micas (granite de Pedrice). L’activité périglaciaire comprend les processus géomorphologiques dus à l’action du gel dans le sol, en particulier ceux associés au gel et au dégel. Ce sont des phénomènes qui se produisent actuellement principalement dans les régions polaires et en haute montagne.

 

Nous poursuivons l’ascension jusqu’au point culminant,  Torre, tout en profitant des nombreux miradors offrant de splendides points de vue sur la vallée comme au Miradouro do Covao

 COVAO DO BOI Estrela

Entre le cirque glaciaire de Covão do Ferro, la vallée glaciaire de Zezere et le Cântaro Raso, apparaît le Covão do Boi, situé à 1840 mètres d’altitude. Dans ce géosite, nous trouvons un ensemble de colonnes de granit, avec des diamètres de 2 à 5 mètres et entre 4 et 8 mètres de hauteur, constituant un ensemble rare de reliefs au niveau international, rendant ce géosite particulièrement pertinent.

Avant de faire surface, les colonnes de granit étaient déjà façonnées sous la surface en raison de l’altération profonde du granit, qui formait entre elles un épais manteau de sable, de gravier et d’argile. Pendant la glaciation, le fond de la vallée de Covão do Boi se dressait au sommet des colonnes, qui ont ensuite été coupées par l’érosion glaciaire. Ce n’est qu’après la fonte glaciaire, avec l’érosion du manteau d’altération, que les colonnes ont commencé à apparaître à la surface, ce qui rend leur genèse particulièrement significative, puisqu’elles se produisent à l’intérieur de la zone glaciaire. Ces colonnes de granit sont localement appelées tas de fromages, car elles ressemblent, en un mot, à la forme d’un tas de fromages typiques de la Serra da Estrela.

Une initiative du père Morgadinho en 1940 et sculptée par António Duarte le bas-relief sur le rocher de granit de Covão do Boi,  représente une image de la Vierge, qui honore la protection accordée aux bergers qui ont la subsistance de leurs troupeaux dans le montagnes.

C’est un lieu d’une grande importance biologique, pour sa faune et sa flore. Le lézard des montagnes (Lacerta monticola subsp. monticola), espèce présente uniquement dans la serra da Estrela (endémisme), est abondant dans ce géosite et est facilement identifiable par ses tons bleutés ou verdâtres. Également un endémisme de la Serra da Estrela, est le Silene foetida Cette plante se trouve dans les interstices des rochers.

TORRE Estrela

Sans aucun doute, l’endroit le plus connu du parc naturel de Serra da Estrela, Torre est le point culminant du Portugal continental avec 1993 mètres d’altitude. Une tour de 7 mètres a été construite pour que le point culminant atteigne symboliquement les 2 000 mètres. C’est probablement pour cette raison que cet endroit est connu comme la tour (Torre).

L’avantage de cet endroit est qu’il est accessible par la route, mais il arrive que les accès à Torre soient fermés en hiver à cause des conditions météorologiques. La Serra da Estrela est situé à environ 100 km à vol d’oiseau de l’océan Atlantique et n’a aucune protection contre les vents humides qui arrivent de l’océan.

Avec les températures négatives, la chute de neige et les vents qui soufflent parfois à plus de 100 km/h, quand les déneigeuses entrent en service, il reste souvent une couche de glace, ce qui empêche la circulation des voitures.

Ce phénomène arrive quelques jours par an et à partir des 1600 mètres d’altitude, les accès à Torre sont fermés (à environ 10 km du point culminant) tant que les routes ne sont pas sécurisées. Si vous venez à Serra da Estrela à cette période de l’année, je vous conseille d’avoir des pneus d’hiver ou des chaines de neige.

 

En plus de la superbe vue quand le ciel est dégagé, nous trouvons sur place un restaurant et un petit centre commercial avec des souvenirs, artisanat et de la gastronomie locale comme le fromage et le jambon. nous ne manquons de déguster ces spécialités et de nous approvisionner pour le repas du soir, non sans céder à la proposition de tester la gihinja locale et la liqueur au pastel de Nata

 

VALLEE DE LORIGA

Au-dessus d’une altitude d’environ 780 mètres, la vallée de Loriga montre l’action de la dernière période glaciaire, à partir de laquelle elle obtient la désignation de vallée glaciaire de Loriga (GF33). De section typique en forme de U, la vallée a été sculptée par le glacier Loriga qui s’étendait près du village du même nom. Le long du fond de la vallée, une séquence de quatre surcreusions bien développées (Areia, Nave, Melo et Boeiro) se produit, ainsi que plusieurs lacs, en particulier à proximité du plateau de Torre. Les chantiers montrent de larges affleurements de roche nue causés par l’érosion glaciaire et mettant en évidence les effets des motifs de joints sur les reliefs.

À son étendue maximale, le glacier Loriga mesurait 6,7 km de long, étant beaucoup plus petit que le glacier Zezere. Ces différences portent sur le bassin versant le plus important de ces derniers, mais aussi sur les effets des vents d’ouest qui ont soufflé la neige vers les zones abritées de la partie orientale du plateau.

Malgré sa plus petite dimension, des reliefs glaciaires typiques se produisent le long de la vallée de la Loriga, tels que les surenfoncements glaciaires, appelés localement « covão », et les convexités rocheuses (riegels). A ceux-ci s’ajoutent des surfaces polies, des roches moutounnées, des stries glaciaires et des dépôts sableux post-glaciaires dans les surcreux.

Le long de ses plus de 6 km, on trouve plusieurs types d’habitats, notamment des milieux rocheux, lacustres et riverains. Cette diversité démontre l’importance biologique de la vallée, attestée par des espèces comme le matgrass (Nardus stricta), plusieurs espèces de renoncules, ou des exemples de genévrier commun (Juniperus communis), surtout aux plus hautes altitudes. Les milieux aquatiques favorisent la présence d’espèces d’amphibiens comme la grenouille ibérique (Rana iberica), le crapaud accoucheur commun (Alytes obstetricans) et la rainette arboricole européenne (Hyla arborea), tous deux protégés et insérés dans la zone classée Réserve Blogénétique depuis 1993 et zone Ramsar depuis 2005.

La haute vallée de la Loriga a fait l’objet de multiples occupations tout au long de son histoire. Les lacs qui remplissent les surenfoncements glaciaires font l’objet d’une utilisation hydroélectrique depuis le XXe siècle, en particulier le barrage de Covão do Meio, relié par un tunnel au réservoir Lagoa Comprida, intégrant le système hydroélectrique de la Serra da Estre. Ce sont également des environnements propices au berger, surtout pendant les mois d’été, riches en végétation herbacée. En bas de la vallée, près du village de Loriga, nous trouvons des traces de l’occupation agricole typique de la montagne les terrasses, sur les pentes du ruisseau Loriga. Ici, des terres fertiles ont été développées exploitées par l’agriculture, dans une nette conquête des terres arables à la montagne.

LAGOA COMPRIDA Estrela

Après la construction du barrage Marques da Silva en 1912, le petit lac  est devenu aujourd’hui le principal réservoir d’eau de Serra da Estrela.

Le barrage a subi plusieurs améliorations au fil des années et depuis 1965, il a une hauteur de 28 mètres avec un réservoir qui peut accueillir jusqu’à 12 millions de m3 d’eau.

En plus de l’eau stockée « naturellement » le lac Lagoa Comprida reçoit l’eau de deux autres lacs grâce à deux tunnls de 1,5 km et 2,3 km.

Le plus long teunnel envoie l’eau du lac Covão do Meio situé sur le plateau de Torre et le deuxième tunnel dévie l’eau du lac Covão dos Conchos

Sur place un magasin de souvenirs propose aussi des produits régionaux et des sandwichs, des souvenirs mais l’attraction principale reste ici la possibilité d’observer la race endémique de chiens de l’Estrela.

Le Chien de montagne portugais est un chien de grande taille, de type molossoïde et mâtin, robuste, rustique, de construction forte et bien proportionnée.

La race du Chien de montagne portugais a 2 variétés, celle à poil long et celle à poil court.

 

Il correspond à l’une des plus anciennes races canines de la Péninsule Ibérique. Il doit son nom à la Serra da Estrela

 

Traditionnellement élevé par les bergers locaux pour la protection de leurs troupeaux et de leurs fermes, il a également été utilisé comme chien de trait en raison de sa force. Il a ensuite été introduit dans d’autres pays, notamment à partir de la seconde moitié du siècle dernier.

LORIGA Estrela

Avec des siècles d’histoire, la ville de Loriga à une altitude de 770m est connue comme la « Suisse Portugaise » en raison de sa situation géographique, protégée par deux sentinelles vigilantes et hautaines qui semblent toucher le ciel, qui sont Penha do Gato à environ 1800 mètres et la Penha dos Abutres avec plus à plus de 1800 mètres.

Une route serpentine et magnifique pour le tourisme, tracée en courbes audacieuses le long des pentes de la montagne où l’ingénierie moderne a mis toutes ses ressources, nous emmène à Loriga où, en arrivant, nous admirons les maisons blanches aux toits oranges

 

Les habitants de ce village sont hospitaliers, amicaux et, surtout, respectueux de leur terre. En témoigne le fait que des fontaines et autres souvenirs sont disséminés dans les rues du village, ce qui témoigne bien du fort amour de ses habitants pour leur patrie.

 

Le chemin qui mène au pont romain permet d’apprécier de jolis points de vue sur la campagne et la ville et d’observer un nombre incalculable de sources qui jaillissent et coulent pour rejoindre la rivière. Ici les cultures se font en terrasse, irriguées naturellement par ces nombreuses sources

 

Son attrait principal est la belle plage fluviale qui dispose de plusieurs piscines sur la rivière Loriga aux eaux limpides mais froides. La Praia Fluvial de Loriga est située dans la vallée glaciaire de Loriga, dont les vestiges sont encore visibles aujourd’hui.

 

Avec des eaux pures et cristallines qui prennent leur source dans la montagne, cette plage est entourée d’un environnement préservé, dans une région au relief accidenté et d’une grande beauté naturelle.

 

Dans un endroit très paisible et calme, cette plage possède de bonnes infrastructures, offrant aussi la possibilité de pratiquer différentes activités d’aventure et de randonnée pédestre.

 

 

 

ALVOCO DA SERRA

Situé au cœur du parc naturel de la Serra da Estrela, à 684 mètres d’altitude, Alvoco da Serra est un village en granit de 400 âmes qui vit principalement de l’agriculture, grâce aux champs disposés en terrasse (socalcos) et de l’élevage de chèvres et brebis.

Aux alentours, les multiples possibilités de balades ne manquent pas, à la découverte des merveilles et des secrets de la montagne, entre légendes et récits anciens. Il appartient au réseau des villages de montagne de la municipalité de Seia.

 

Alvoco da Serra est une ville aux traditions fortes et aux origines très anciennes, conservant quelques vestiges de la présence romaine, notamment un trottoir où ont été retrouvées des pièces de monnaie de l’époque.

 

 POCO DA BROCA Estrela

En aval du village de montagne d’Alvoco da Serra, la trajectoire de la rivière est largement conditionnée par le type de roches à travers lesquelles l’eau coule, schiste et métagrauvaques, résultant du profil sinueux observé résultant de la fracturation et du soufflage des roches actuelles. Au fil du temps, l’action érosive de l’eau détermine la formation de courbes si prononcées que le ruisseau peut traverser la zone de goulot d’étranglement en laissant l’ancien lit comme un méandre abandonné. Dans les sites de la vallée où les méandres du ruisseau Alvoco sont plus serrés, ce processus naturel peut être accéléré par l’action de l’homme qui, par l’ouverture de canaux, a détourné le cours de l’eau pour profiter de l’ancien lit.

Situé dans le petit village de Barriosa, le Poço da Broca est une plage fluviale très prisée en été et très visitée le reste de l’année pour sa belle cascade. Cette merveille est le fruit de la main humaine qui il y a environ 200 ans a décidé de dévier le cours de la rivière Alvôco et de créer de petits barrages pour pouvoir utiliser l’eau dans les champs agricoles.

Les paysages de schiste sont généralement pauvres et donc peu propices à l’activité agricole. Cependant, les sols délaissés par les berges sont particulièrement propices à sa conversion en champs facilement irrigables et ont fait l’objet d’une exploitation agricole intensive. Le dénivelé créé par la déviation de l’eau, s’est traduit par la création d’un ensemble de chutes d’eau, parfois de hauteur considérable, et, en aval, par la formation de puits plus ou moins profonds. Ces travaux hydrauliques, véritable initiative, sont l’un des aspects patrimoniaux les plus uniques du bassin de l’Alto Alva, étant communément appelés puits de forage ou travaux « Caratão ».

Près du village de Barriosa, situé dans un large méandre de la rivière Alvoco, se trouve le plus grand et le plus connu des puits de forage, le puits de forage de Barriosa. D’âge incertain, le détournement de la rivière a entraîné la formation d’une vaste et fertile zone agricole et la création d’une cascade, étant celle-ci, l’une des cascades les plus impressionnantes de la chaîne de montagnes Estrela. La biodiversité actuelle est très importante, mettant en évidence des espèces de faune caractéristique des milieux aquatiques. Parmi les espèces que l’on peut observer ici, on trouve des oiseaux comme le héron cendré, le martin-pêcheur, le cincle plongeur et, parmi les mammifères, la loutre eurasienne.

Tout au long de la rivière, il existe plusieurs petits barrages (represas) qui ont le même nom (Poço da Broca) et qui peuvent être visités, mais celui-ci c’est celui qui dispose des meilleures conditions d’accès et d’infrastructures (tables de pique-nique, restaurant, bar).

Nous laissons notre voiture sur le parking du côté gauche et empruntons le petit chemin situé au-dessus du moulin  pour admirer la belle cascade.

CABECA

Situé au fond d’une vallée, Cabeça est sans aucun doute un des plus authentiques villages de Serra da Estrela. Son centre historique a été construit sur un bras de la colline autour de l’église São Romão avec des maisons majoritairement construites en schiste.

 

Même en étant un petit village, il a su se faire remarquer et se faire connaitre partout au Portugal grâce aux initiatives avant-gardistes. En 2007 Cabeça fut le premier village a proposer internet gratuitement en wifi et en 2011 il est devenu le premier village LED du Portugal dans l’éclairage public.

Autour de Cabeça, sur des pentes abruptes, au fil des siècles, de vastes étendues de terrasses ont été construites, où le sol est soutenu par des murs de schiste ou de granit. Et tous les matériaux qui font briller Noël viennent de la nature : les étoiles, par exemple, sont en canne de maïs et les boules sont moulées avec des feuilles de fougère.

 

POCO DO INFERNO

Poço do Inferno est une merveille naturelle située sur la rivière de Leandres à plus de 1000 mètres d’altitude et à moins de 10 km de la ville de Manteigas. Entourée d’arbres, la route qui nous mène à cette belle cascade de 10 mètres de haut est déjà une attraction en soi (surtout à l’automne).

Nous laissons notre voiture au parking situé sur le bord de la route et marchons une petite centaine de mètres jusqu’à la cascade Poço do Inferno située sur le côté droit de la route. Du côté gauche z des escaliers permettent de descendre jusqu’à la rivière.

 

Pour les amoureux de randonnées, il existe un sentier circulaire de 2.5 km qui vous permettra de voir la cascade d’en haut. Le départ et l’arrivée se situent au niveau du parking.

 

En faisant le parcours dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre (parcours conseillé), il faudra escalader un peu au début, mais c’est moins dangereux que de devoir descendre au même endroit.

La pluie et les orages nous obligent au repos pour cette seconde journée dans le Massif de l’Estrela.

Le lendemain reste bien sombre et les prévisions encore pluvieuses, mais notre envie de bouger et notre soif de découverte l’emportent

Nous nous dirigeons sur le versant occidental de la Montagne d’Estrela, avec l’espoir que les prévisions soient meilleures qu’annoncées…

LINHARES DA BEIRA

Située sur le versant ouest de la Serra da Estrela, Linhares da Beira est probablement originaire d’un castro lusitanien.

En fait, Montes Hermínios (c’était le nom portugais de la Serra da Estrela), avec ses pâturages, l’abondance de l’eau et le cadre montagneux protecteur, était l’un des lieux habités par cette tribu ibérique, dont de nombreux Portugais se considèrent comme des descendants. Le lin, qui était autrefois l’une des cultures importantes de la région, est à l’origine du nom Linhares, littéralement champ de lin.

Envahie par les Wisigoths et les musulmans qui reconnurent son excellente situation comme tour de guet sur les terres environnantes, Linhares devint définitivement portugaise à l’époque de D. Afonso Henriques, qui lui donna sa première charte en 1169.

La paix, cependant, ne serait pas encore définitive. En 1189, les troupes de León et de Castille envahirent la région, la pillant et incendiant les villages environnants alors qu’ils se préparaient à prendre le château de Celorico. Linhares se précipita pour défendre Celorico et l’armée ennemie, se voyant encerclée à revers, s’enfuit. La tradition veut que tout cela se soit passé une nuit de nouvelle lune et pour cette raison, les armoiries de Linhares ont un croissant et cinq étoiles.

Une promenade dans le village révèle un ensemble urbain harmonieux et plein de charme, où de simples maisons construites en granit cohabitent avec quelques manoirs qui conservent les signes d’une ancienne noblesse. L’œil attentif découvrira encore de nombreuses fenêtres du XVIIe siècle. XVI.

Ci à droite, La Maison du Juif est l’un des bâtiments les plus remarquables du XVIe siècle de la rue Rua Direita. Il a un passage qui était à l’origine de style gothique et a été transformé en une porte avec un arc de schéma à côté d’une fenêtre de style manuélin. Sur ce site, il y avait probablement l’entrée du quartier juif médiéval qui aurait probablement existé autour de l’actuelle Rua do Passadiço et du Largo de São Pedro.

L’église mère, d’origine romane, mais reconstruite au XVIe siècle. XVII, détient trois planches précieuses attribuées au grand maître portugais Vasco Fernandes (Grão Vasco).

 

 

 

Une tribune rustique dressée sur un banc autour d’une table de pierre est un exemple unique de forum médiéval où les décisions communautaires étaient annoncées à la population. C’est ici que l’on peut voir les armes de l’ancien village. Sur le côté, se détache le pilori en granit du XVIe siècle, surmonté d’une sphère armillaire.

L’ensemble du village est surmonté du château vigoureux qui accompagne la géologie du terrain sur une immense colline rocheuse, d’où s’étend une vue panoramique spectaculaire. Deux grosses tours crénelées s’élèvent aux angles de la clôture, l’une postée à l’est, l’autre à l’ouest. Les vestiges d’anciennes citernes sont encore visibles sur le patio.

CELORICO DA BEIRA

Celorico da Beira se trouve à 550 mètres d’altitude, au pied de la montagne de l’ Estrela et est traversée par le Fleuve Mondego. Une visite en ces lieux constitue une découverte continuelle de siècles d’histoire, dans un décor de montagne découpée par des fleuves et des courants d’eau cristalline, où prédomine le granit.

Le château, ex-libris de Celorico da Beira, à l’architecture militaire, style romantico gothique, (Xè siècle), au tracé irrégulier, correspondant à la Citadelle. Dans ses rues étroites une rare collection de portails gothiques et de fenêtres manuélines mérite une attention particulière.

La Place 5 octobre, aussi connue par Place de Sainte Maria, a été, au long de l’histoire, un espace à facettes multiples et est, probablement, le premier espace public de l’urbanisme de Celorico da Beira.. Sa création et postérieur développement seront liés intrinsèquement à la construction du premier espace religieux dans le village, l’Église de Sainte Maria.

Ce lieu a été, pendant beaucoup de siècles, le principal centre d’activité politique, économique et juridique de Celorico da Beira. C’était dans la Place 5 octobre qui se localisait le Pilori, détruit à la fin du siècle XIX (1871); ici on a construit la Mairie (actuel bâtiment du Manoir du Fromage), il se réalisait le marché hebdomadaire jusqu’en 1719 et, aussi, ici s’est localisé, jusqu’à des milieux du siècle XIX, un des espaces funéraires de Celorico da Beira.

Autre lieu à ne pas manquer, la fierté baroque de l’Eglise Matrice de Santa Maria, qui se dresse au dessus des maisons de l’ancien quartier du Château.

L’église de Santa Maria (Sainte Marie) se dresse dans le centre historique de Celorico da Beira. La construction de l’église primitive a eu lieu à la fin du XIIe siècle/début du XIIIe siècle, datant du milieu du XIIIe siècle les premières sources écrites relatives au temple et faisant référence à la donation du roi Afonso III à l’évêque de Guarda.

La disposition actuelle de l’église résulte de la dernière grande reconstruction aux XVIIe et XVIIIe siècles. Sur le plan architectural, le bâtiment affiche une forte influence du style baroque et néoclassique. Le temple a un plan longitudinal simple, composé d’une nef et d’une chapelle principale. Sur la façade principale, se détachent les deux tours latérales maniéristes. A l’intérieur, au-delà du chœur maniériste et du retable sculpté doré, il s’agit de mettre en valeur le revêtement mural de faïence bleue et blanche.

L’église de Santa Maria est classée monument public depuis le 14 juillet 1960.

 

GUARDA

Dans la ville la plus haute du Portugal, règne un air de montagne léger et pur, dans les rues médiévales marquées par la noblesse et la couleur brune que leur confère le granit.

C’est d’ailleurs la couleur de la cathédrale (Sé Catedral). Haute, immense et imposante, elle ressemble à une forteresse avec ses tours puissantes qui se dressent comme un symbole de défense de la foi et du territoire. Et si l’extérieur est impressionnant par l’inspiration du tracé et de la décoration gothiques, l’intérieur est surprenant par la hauteur des nefs et un immense retable entièrement sculpté dans la pierre.

La Cathédrale de Guarda a été érigée pendant le règne de D.João I, à l’initiative de l’évêque D.Vasco de Lamego.

 

Le travail, commencé en 1390, a été achevée pendant le règne de  D. João III, traînant pendant plus de 150 ans.

En conséquence, la cathédrale est devenue l’une des églises les plus emblématiques du Portugal, avec une structure qui crée une symbiose entre le gothique et manuélin.

A l’intérieur, assurez-vous d’admirer le magnifique retable de l’autel en pierre «ançã» (pierre calcaire blanche), fait dans l’atelier «coimbrã» (de Coimbra) de João de Ruão, la plus grande œuvre de la sculpture classique de la dernière période de la Renaissance.

 

Dehors, sur la place, les arcades du XVIe siècle abritent des cafés où vous pouvez faire une pause et sentir battre le cœur de la ville.

C’est de là que partent des rues étroites bordées de palais en granit et de maisons anciennes, avec des fenêtres gothiques et des gargouilles sur les débords de toit. L’ensemble du centre historique est protégé par des murailles, des portes et des tours médiévales qui sont parvenues jusqu’à nous presque intactes.

L’ancien quartier juif (Judiaria) est situé près des murailles. La plupart des constructions remontent au Moyen Âge ; elles ont conservé des symboles gravés dans la pierre et leur architecture originale avec deux portes – une étroite pour accéder au logement familial à l’étage supérieur et une autre, plus large, qui donnait sur le magasin au rez-de-chaussée, puisque la plupart des juifs se consacraient au commerce.

La visite serait incomplète sans un détour par le musée de Guarda, installé dans l’ancien palais épiscopal (Paço Episcopal), par l’église de la Miséricorde (Igreja da Misericórdia) avec son intérieur baroque et par l’église Saint-Vincent (Igreja de São Vicente) avec ses remarquables panneaux d’azulejos. Hors du centre urbain, la chapelle Capela de Nossa Senhora do Mileu, de style roman, est l’un des monuments les plus anciens, étant antérieure au XIIe siècle.

 

 VIDEOS DE LA REGION

AUTRES ARTICLES SUR LE PORTUGAL A DISPOSITION :

Vous trouverez sur ce site de nombreux articles qui traitent des lieux à ne pas manquer au Portugal.

vous pouvez faire une recherche par nom de ville en utilisant la loupe en haut à droite ou retrouver la liste complète en suivant ce  LIEN

LES LOGEMENTS

LES LOGEMENTS DELA SAISON V ET VB

LES LOGEMENTS DE LA SAISON VI

LA GASTRONOMIE PORTUGAISE

Toutes les informations sur la gastronomie portugaise, par région, avec commentaires sur les restaurants testés en suivant ce lien l’Alentejo

LA CUISINE PORTUGAISE

#tourdumonde #voyageenfamille #tourdumondeenfamille #raptor #drone #dji #Voyageavecnous #travelyourself #vivreautrem ent #flashbackpacker

#traveladdict #voyagerautrement #slowtravel #slowtravelling #paysage #4×4 #4x4life #4x4adventure #travelphotography #roadtrip #ontheroad #overland #overlander #overlanding #traveladdict #toutestpossible #allispossible #quefaireuaportugal #quevisiterauportugal #todoportugal

#Monsanto #estrela #estrelamountaindog

5 thoughts on “Le Massif de la Sierra de Estrela – PORTUGAL

Laisser un commentaire